Interrogé sur France 2, François Fillon a dénoncé une "procédure d’exception, entièrement à charge" et réfuté les accusations de détournements de fonds publics et de complicité d’abus de biens sociaux dont il aura à répondre devant la justice.

François Fillon, jeudi sur le plateau de l'émission "Vous avez la parole" de France 2
François Fillon, jeudi sur le plateau de l'émission "Vous avez la parole" de France 2 © AFP / Martin Bureau

Il ne plaidera pas coupable devant les magistrats du tribunal correctionnel de Paris, qui le jugeront, à partir du 24 février, aux côtés de son épouse et de l’ex député Marc Joulaud. François Fillon a rodé, devant les caméras de France 2, ce qui sera sa ligne de défense : les emplois de Penelope Fillon, comme collaboratrice parlementaire à l’assemblée nationale et à la Revue des Deux mondes, et ceux de ses enfants au Sénat, n’étaient pas des emplois fictifs. Son seul regret ? Avoir accepté les costumes de luxe offerts par Robert Bourgi. Décryptage de ses principales déclarations.

"J’ai été traité d’une manière injuste, la procédure engagée contre moi était une procédure d’exception"

Dans l’affaire Fillon, tout est en effet allé très vite : le Parquet national Financier a ouvert une enquête préliminaire au lendemain des révélations du Canard enchaîné, le 25 janvier 2017. Dans l’affaire Cahuzac, en 2013, il s’était écoulé un mois entre les premières révélations de Mediapart le 4 décembre 2012 et l’ouverture d’une enquête préliminaire le 8 janvier 2013 par le parquet de Paris. Le PNF, né de l’affaire Cahuzac, n’existait pas encore. Dans une autre affaire de collaborateurs parlementaires, concernant le ministre de l’intérieur socialise Bruno Le Roux, les faits avaient été révélés par l’émission Quotidien le 20 mars 2017. Le PNF avait ouvert une enquête préliminaire le lendemain, le 21 mars 2017, s’illustrant là encore par sa rapidité.

"L’instruction a été menée entièrement à charge, les magistrats ont refusé d’examiner mes preuves, d’entendre 12 témoins et de lire 700 documents qui attestaient du travail de mon épouse"

Les trois magistrats instructeurs ont mené une enquête d’une ampleur assez inédite : perquisitions, réquisitions aux journaux, auditions de dizaines de témoins, analyse des ordinateurs et téléphones... Ils ont aussi examiné les très nombreux documents fournis par les époux Fillon. L’ordonnance de renvoi, que France Inter a pu consulter, les détaille sur plus de 20 pages. 

Les magistrats recensent des coupures de journaux évoquant les visites de Penelope Fillon dans la Sarthe, des discours de départ à la retraite, une fiche sur l’organisation d’un dîner, des échanges de mail avec la secrétaire de François Fillon où son épouse lui transmet des requêtes particulières, trois témoignages de personnes attestant de l’intervention de Penelope Fillon en leur faveur. S’il est faux de dire que les magistrats n’ont pas étudié ces pièces, ils ne leur ont en revanche pas accordé beaucoup de valeur : "Destinés à faire masse, ces documents ne démontraient rien, ou confirmaient l’abus de langage consistant à qualifier de travail de collaborateur parlementaire la plus anodine de ses activités" écrivent les magistrats.

"Elle était ma collaboratrice au quotidien, elle a géré mon agenda local, le courrier parlementaire, corrigé mes discours. Elle était le lien entre le terrain et un parlementaire qui devenait de plus en plus parisien. La manière de travailler avec son conjoint n’est pas la même."

Les magistrats n’ont pas trouvé de traces écrites de ce travail. Les mémos et revues de presse locale qu’elle disait écrire pour son mari n’ont pas été conservés. Une absence qui contraste avec le nombre de documents attestant du travail des autres collaborateurs parlementaires de François Fillon : courriers, réponses, transmissions, dûment archivés. Penelope Fillon a déclaré aux juges qu’elle recevait chaque week-end dans leur maison de Beaucé deux à trois personnes, lors de visites improvisées. Elle n’a pas gardé non plus le cahier où elle consignait ces visites, et n’a pas pu donner le nom d’un de ces visiteurs.

La thèse de la collaboration essentiellement orale présentée par les époux Fillon n’a pas convaincu les juges : "L'enquête a révélé que Penelope Fillon avait mené à partir de 1981, une vie de femme au foyer, se partageant entre Paris et la Sarthe, très investie dans l'éducation de ses enfants et la gestion de la vie familiale. Elle était aussi la conjointe d’un homme politique à la trajectoire ascendante, et à ce titre, reconnue dans le microcosme local ; et il lui arrivait, de manière assez traditionnelle, de l'accompagner lors de cérémonies officielles et d’événements festifs ou culturels, de le soutenir lors de ses campagnes, de lui recommander la situation de tel ou tel administré ou de lui rendre de menus services, parfois en lien avec ses collaborateurs. Tout ceci ne relevait pas d'un travail d'assistant parlementaire, encore moins à temps complet."

"Elle a été rémunérée en moyenne 3000 euros par mois, cela dépendait des moments, de la composition de mon équipe. Ses qualifications et des diplômes expliquent son salaire ; c’est la plus diplômée de mes collaborateurs."

De fait, la rémunération de Penelope Fillon n’a cessé de varier au fil des années, depuis les tous premiers contrats de collaborateur occasionnel en 1981, jusqu'à son dernier CDD en 2013. Les enquêteurs ont retrouvé en perquisition à l’Assemblée nationale, à propos d’un contrat de collaborateur permanent signé en 86 (faits non compris dans la prévention), cette note : "le contrat conclu entre François Fillon et son épouse a pour but d'utiliser son crédit collaborateur. J'ai vérifié, OK pour 10 000 (francs)."

Entre 1998 et 2002, Penelope Fillon est rémunérée 20.000 francs par mois. C’est en moyenne trois fois plus que les autres collaborateurs parlementaires du député. Entre 2002 et 2007, embauchée par Marc Joulaud, le suppléant de François Fillon, elle est rémunérée 5200 euros nets par mois, quand les autres collaborateurs en touchent 800. Ce que les magistrats analysent ainsi : "Dès qu'il le pouvait, François Fillon lui versait le maximum de rémunération possible à partir de son crédit collaborateur."

Sur l’emploi de Penelope Fillon à la Revue des deux mondes, pour lesquels elle a été rémunérée 135 000 euros sur 2 ans : 

"J’ai demandé à Marc Ladreit de la Charrière de lui trouver un emploi. Il y a des travaux qui ont été faits, elle a été placardisée par le directeur de la revue. Il a choisi de plaider coupable pour éviter un procès public."

Marc Ladreit de La Charrière, patron de Fimalac et proche de François Fillon, a en effet embauché Penelope Fillon pour une mission de conseil à la Revue des deux mondes, rémunérée 5 000 euros brut par mois. Là encore, il n’existe aucune trace écrite de ce travail d’un an, entre 2012 et 2013, alors qu’elle est en même temps employée comme collaboratrice parlementaire à plein temps de son mari. La Revue lui confie la rédaction de fiches de lecture, dont deux seront publiées. Le tarif habituel pour ces fiches est de 150 euros la page. En tout, la rémunération de Penelope Fillon se chiffre à 135.000 euros. 

Lors de son dernier interrogatoire, Marc Ladreit de la Charrière, qui a opté pour une procédure de plaider coupable, a expliqué que "Penelope Fillon n'avait en réalité rien produit" ; son travail de conseil se bornant à "quelques réunions à son domicile au cours desquelles elle m'a fait part de ses suggestions mais ne m'a remis aucune note ou rapport". Il a été condamné à 8 mois de prison avec sursis et 375.000 euros d’amende pour abus de biens sociaux.

Sur l’emploi de ses deux enfants comme collaborateurs parlementaires au Sénat entre 2005 et 2007 : 

"Mes enfants ne sont pas poursuivis, donc je ne vais pas vous répondre. Ils ont apporté les preuves de leur travail."

Marie et Charles Fillon ne sont en effet pas poursuivis, ils avaient été placés sous le statut de témoins assistés pendant l’enquête. Les juges ont estimé que de par leur jeune âge à l’époque (moins de 25 ans), et n’ayant bénéficié que d’une faible part des salaires qui leur étaient versés (ils transitaient sur leur compte avant de revenir sur celui de leurs parents), ils n’avaient pas eu conscience qu’ils avaient bénéficié d’un "emploi de complaisance". Leurs parents sont en revanche poursuivis pour le détournement et le recel de ces fonds, qui se montent à 117.000 euros.  

Sur les trois costumes offerts par l’avocat Robert Bourgi, pour une valeur de 18 000 euros : 

"J’ai fait l’erreur d’accepter des costumes que je n’aurais jamais du accepter."

C’est la seule "erreur" qu’il reconnaît, or François Fillon n’est pas poursuivi pour ces faits. Les juges lui ont accordé un non-lieu du délit de "trafic d’influence". Aucune contrepartie n’a été mise en évidence en échange de ces cadeaux. De même, aucune infraction n’est retenue par les juges concernant les activités de « 2F Conseil », la société créée en 2012 par François Fillon : "Quoi que l’on puisse penser du mélange des genres auquel s’était livré François Fillon entre 2012 et 2017, tout à la fois lobbyiste, intermédiaire, député, chef de parti et candidat à l’élection présidentielle, les délits de trafic d’influence actif et passif n’étaient pas susceptibles d’être retenus."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.