La cour d'appel de Paris examinait mardi la seconde demande de remise en liberté de Patrick Balkany, dans le cadre de sa deuxième condamnation pour blanchiment de fraude fiscale à cinq ans de prison ferme et dix ans d'inéligibilité. La décision a été mise en délibéré au 13 novembre prochain.

 Arrivee du Maire de Levallois Perret, Patrick Balkany avec sa femme Isabelle Balkany au Tribunal de Grande Instance de Paris pour assister au rendu du verdict de leur proces pour fraude fiscale (13/09/2019)
Arrivee du Maire de Levallois Perret, Patrick Balkany avec sa femme Isabelle Balkany au Tribunal de Grande Instance de Paris pour assister au rendu du verdict de leur proces pour fraude fiscale (13/09/2019) © Maxppp / Christophe Morin

Patrick Balkany est apparu hagard, amaigri dans sa chemise grise, un peu absent à sa deuxième audience de remise en liberté, mardi, lançant ici et là des regards vers le public ou les journalistes présents dans la salle. À peine s’il a lâché, pour justifier cette nouvelle demande de remise en liberté : “C’est comme la première, je souffre beaucoup”.  

Mais ça, c’était avant d’entendre les réquisitions du ministère public contre toute remise en liberté.  "Le risque de fuite est d'autant plus prégnant que dans cette affaire, monsieur Balkany a demandé à de nombreuses reprises la restitution de son passeport et la levée de son interdiction de sortie territoire", lance l'avocat général.  

Mais il va faire quoi ? Il va prendre la fuite, tout seul, à 71 ans, et laisser bobonne à la maison ?

Il n'en faut pas plus pour faire sortir Éric Dupond-Moretti, avocat de Patrick Balkany, de ses gonds : "Mais il va faire quoi ? Il va prendre la fuite, tout seul, à 71 ans, et laisser bobonne à la maison ?", s'agace l'avocat en rappelant que le mandat de dépôt n'a pas été requis par le parquet national financier pour Isabelle Balkany. "Mais vous n’y croyez pas vous-même ! Et puis, vous avez entendu ce qu’a dit monsieur le Président ? Son passeport est périmé. Il va se mettre en cavale comme Dupont de Ligonnès ?"

500 000 euros de caution

La sortie de son avocat semble revigorer un peu le maire de Levallois-Perret, pour qui un placement sous contrôle judiciaire et le versement d'une caution de 500 000 euros ont déjà été décidé dans le cadre de la première décision de remise en liberté. Pour ses derniers mots à l'audience, Patrick Balkany déplore : “500 000 euros, c’est très difficile à trouver. Nous, on n’a plus un rond. Rien. Ni en France, ni à l’étranger.”

En France, on nous saisit tout au fur et à mesure, c’est pour ça qu’on ne peut pas se faire prêter de l’argent par des amis ou la famille. Donc je crois que je vais rester au trou”, ajoute, comme désabusé, l'élu des Hauts-de-Seine. 

L'audience est levée, la décision est mise en délibéré au 13 novembre. Patrick Balkany serre quelques mains et s'en va, encadré par les gendarmes, retrouver sa cellule de la maison d'arrêt de la Santé, où il est incarcéré depuis le 13 septembre dernier.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.