Pour cet ancien détenu de Fresnes, la prison est devenue une véritable cocotte-minute. Il raconte l'insalubrité, la promiscuité, et la "loi de jungle" liée au manque de moyens.

Une cellule de Fresnes, quartier des arrivants. Seulement 9 m² pour deux, voire trois personnes
Une cellule de Fresnes, quartier des arrivants. Seulement 9 m² pour deux, voire trois personnes © Radio France / Corinne Audouin

Écoutez son témoignage au micro de Sara Ghibaudo

"J'ai fait pas mal de cellules, huit sur dix n'avaient pas de portes aux toilettes. Pour moi c'est pas humain, on respecte pas la dignité des gens, en plus les odeurs..."

"Certains détenus avaient leur cellule infestée de punaises, on les voyait dans la cour de promenade avec des boutons partout qui les démangeaient. Et pour d'autres cellules, quand les sanitaires sont cassés, qu'on peut pas faire couler de l'eau sans que la cellule soit inondée..."

Trois ou quatre en cellule

"Pour les procédures correctionnelles, systématiquement il y a trois personnes dans la cellule, ça peut arriver qu'ils mettent un matelas au sol et qu'il y en ait quatre. Et au niveau des procédures criminelles, là où la loi dit qu'on doit être seul en cellule, on est deux, par moment on était à trois, mais quand je dis par moment ça peut durer six mois. On est les uns sur les autres, et donc quand on est à trois y en a un qui doit rester au lit, sinon à trois en bas on peut pas bouger."

"Plusieurs personnes qui ont fait des délits ou des crimes différents, ou (à qui) on reproche des crimes ou des délits différents, mélangés ensemble dans ces conditions de promiscuité, forcément ça ne peut créer qu'une cocotte-minute. Et les surveillants ne peuvent pas pallier tous ces problèmes, qu'ils subissent aussi, ils subissent aussi le fait de voir des rats tous les jours, de sentir des odeurs nauséabondes..."

La nuit, des détenus livrés à eux-mêmes

"La nuit c'est infernal parce qu'on entend des cris, que ce soit des cris parce qu'il y a des règlements de compte entre personnes, parce que les gens ont des crises de nerfs... Il y en a beaucoup à Fresnes qui devraient être en milieu psychiatrique. Il n'y a plus qu'un surveillant par étage, le fait est qu'on est livrés à nous-mêmes entre sept heures du soir et sept heures du matin, pendant douze heures. C'est la loi de la jungle on va pas se cacher, la loi du plus fort. Pour échapper à la jungle, certains détenus s'automutilent en disant qu'ils vont se suicider, pour qu'on les mette en unité psychiatrique où les conditions de détention sont plus humaines. Quand on sort de là, on peut pas demander à ce que les gens se réinsèrent normalement, quand ils ont vécu comme des animaux pendant plusieurs mois ou plusieurs années."

► ► ► LE ZOOM DE LA RÉDACTION | Derrière les barreaux, l'ennui et la surpopulation

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.