Près d'une semaine après l'agression d'un soldat de l'opération Sentinelle, France Inter est retourné aux côtés des soldats qui patrouillent à l'aéroport parisien d'Orly.

Les militaires de l'opération Sentinelle pris pour cibles au Carrousel du Louvre, à Paris, en février dernier
Les militaires de l'opération Sentinelle pris pour cibles au Carrousel du Louvre, à Paris, en février dernier © Radio France / Thibault Lefèvre

A l'aéroport d'Orly, où un militaire de l'opération Sentinelle a été victime, samedi dernier, d'une attaque de la part d'un homme qui a tenté de lui dérober son arme, des équipes de trois hommes continuent de patrouiller dans un contexte beaucoup plus lourd. Ces soldats effectuent 15 kilomètres de marche par jour avec 20 kilos de matériel sur le dos. Après l'agression de l'un des leurs, Olivier, sergent depuis trois ans et qui est détaché pour la première fois sur l'opération Sentinelle reconnaît avoir eu "un peu peur". "Mais, dit-il, mais il faut éviter de le montrer, c'est toujours mieux vis à vis de moi-même, de la population et de mes camarades".

Nous ne sommes pas des super-héros

Pour appréhender toute attaque, les soldats reçoivent une formation spécifique à la mission Sentinelle. "Nous répétons sans arrêt la même réaction, de façon à ce qu'il n'y ait pas besoin de réflechir avant de réagir. C'est évidemment une des façons de parer à l'imprévisible", explique le général de corps d'armée, Bruno le Ray, gouverneur militaire de Paris en charge de l'opération en Ile-de-France.

S'ajoute quand c'est possible l'obligation de procéder à trois sommations avant d'ouvrir le feu. Selon des responsables de l'armée, la patrouille agressée à Orly la semaine dernière a respecté cette procédure.

Rappel : qu'est-ce que l'opération Sentinelle ?

L'opération Sentinelle est une opération de l'armée française déployée au lendemain des attentats de janvier 2015 de Charlie Hebdo afin de faire face à la menace terroriste et protéger environ 700 points sensibles du territoire (aéroports, gares, écoles, sites touristiques, musées..). Il s'agit en fait d'une extension de l'opération Vigipirate activée en 1995 après plusieurs attaques en France. Aujourd'hui, 7 000 soldats Sentinelle sont mobilisés sur le territoire, dont la moitié en Ile-de-France.

Des militaires de l’opération Sentinelle attaqués à plusieurs reprises

Samedi dernier, une patrouille de trois militaires a donc été agressée par un homme à l’aérogare d’Orly-Sud. C'est ainsi la quatrième fois que des militaires de Sentinelle sont attaqués depuis le lancement de l’opération.

En février 2017 : un homme armé de deux machettes avait attaqué des militaires en patrouille à l’entrée de la galerie du Carrousel du Louvre à Paris. En janvier 2016, un homme avait foncé au volant de sa voiture sur quatre militaires en faction devant la grande mosquée de Valence. Et puis, en février, à peine un mois après le début de l’opération, trois militaires ont été agressés à l’arme blanche à Nice.

► ALLER PLUS LOIN | Attaque à Orly : les soldats de Sentinelle sont-ils des cibles trop tentantes ?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.