Il y a un an, un consortium international de journalistes révélait les "Panama Papers". Depuis, le parquet national financier s'intéresse plus particulièrement à 26 cas français.

Le quartier des affaires de Panama City, berceau de l'évasion fiscale
Le quartier des affaires de Panama City, berceau de l'évasion fiscale © Maxppp / Max Rosereau

Il aura fallu un an à 378 journalistes de 77 pays pour éplucher plus de 11 millions de documents issus du cabinet panaméen Mossak Fonseca, spécialisé dans l'évasion fiscale via des sociétés offshore. Révélée en avril 2016, l'affaire des Panama Papers a provoqué la démission du Premier ministre islandais, a éclaboussé le footballeur Lionel Messi ou encore le Premier ministre David Cameron et a également contribué à dévoiler les noms de contribuables du monde entier, dont des Français sur lesquels des enquêtes ont été ouvertes.

Les Panama Papers ont au départ révélé 560 noms français. Après un an de vérifications, l'administration fiscale en retient finalement 415, les 145 autres personnes concernées étant déjà en procédure de régularisation, mortes ou correspondant à des doublons.

Selon des informations obtenues par France Inter et Le Monde, le parquet national financier enquête sur 26 cibles, et non plus 13 comme auparavant. Il s'agit de montages financiers des plus complexes, mettant en scène des banquiers ou avocats professionnels et dont les patrimoines dissimulés dépassent le plus souvent un million d'euros.

► ALLER PLUS LOIN | Le parquet national financier, trois ans et déjà incontournable

Un couple dans le collimateur

L'un de ces 26 dossiers devrait faire l'objet de poursuites très prochainement. L'enquête est bouclée. Elle a dévoilé une dissimulation de plusieurs millions d'euros, via diverses sociétés-écrans. Le parquet national financier s'apprête à renvoyer ce couple en correctionnelle ou conclure un accord selon la procédure du plaider-coupable.

Les principales révélations des Panama Papers
Les principales révélations des Panama Papers © Visactu / Visactu

D'autres investigations sont en cours

Les autres cibles nécessitent pour l'instant des investigations plus poussées. Il faudra même coopérer avec les autorités panaméennes pour certains dossiers. Une rencontre entre l'unité de coopération judiciaire européenne Eurojust et les représentants panaméens étaient d'ailleurs organisée ce mardi. Objectif pour les parquets nationaux : récupérer les documents du cabinet Mossak Fonseca. En échange de quoi, le Panama espère éviter d'être répertorié sur la liste noire des paradis fiscaux lors du sommet du G20 en juillet prochain.

► ECOUTER | Un jour dans le monde : les Panama Papers, un an après

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.