Nikola Karabatic au procès des paris suspects
Nikola Karabatic au procès des paris suspects © MaxPPP

Le procureur de la République Patrick Desjardins a été particulièrement sévère avec les joueurs de handball de Montpellier impliqués dans des paris suspects en 2012, en particulier avec Nikola Karabatic qu'il accuse d'avoir "cautionné tout ça".

Lors du procès, les autres joueurs ont pourtant soigneusement dédouané leur ancien coéquipier, assurant que les fameux paris sur le match contre Cesson-Sévigné (que Montpellier avait perdu le 12 mai 2012 et qui a rapporté 300 000 euros de gains ) avaient été effectués sans qu'il soit au courant. Mais pour le parquet, c'est un mensonge : "Il n'y a pas de place pour l'ignorance. Non, non M. Karabatic, il n'y aucun pari qui a été pris dans votre dos ", assure le magistrat. Il demande trois mois de prison avec sursis et 30 000 euros d'amende contre le joueur.

Tout en reconnaissant que tous les joueurs n'ont pas participé à l'escroquerie, il ajoute que "c'est une tricherie en équipe. Tous les prévenus, ici, ne peuvent pas dire qu'ils ne sont pas concernés".

Le caractère aberrant des mises passées atteste qu'il y a eu tricherie. La réalité de ce dossier, ce sont les chiffres, ce sont les 102.300 euros engagés chez seulement 15 détaillants entre 10h00 et 10h50. [...] On aurait pu retenir l'escroquerie en bande organisée.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Nicola Karabatic : "Je ne parierais pas sur mon sport"

Patrick Desjardins affirme également que non seulement les joueurs ont parié sur leur propre défaite, mais qu'ils ont tout fait pour la provoquer. "On ne leur reproche pas d'avoir truqué tout le match, toute la première période. C'est beaucoup plus subtil. Ce qu'on leur reproche, c'est d'avoir géré leur retard. Cela s'appelle de la triche ."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.