L’avocat Pascal Wilhelm a un statut un peu à part dans ce dossier. Il est celui qui arrive en dernier, bien après François-Marie Banier qui fréquente les Bettencourt depuis les années 1990, après Patrice de Maistre employé par la famille à partir de 2003, après Eric Woerth pour qui les faits reprochés datent de la campagne présidentielle de 2007.

Quand Pascal Wilhelm devient l’avocat, puis le mandataire de protection de Liliane Bettencourt, celle-ci est déjà veuve. Sa fille a déjà porté plainte contre François-Marie Banier et les enregistrements clandestins du majordome ont déjà été diffusés dans la presse.

La mission de Pascal Wilhelm est donc claire : il faut remettre de l’ordre dans tout cela, protéger Liliane Bettencourt et, plus tard, participer au protocole d’accord entre la milliardaire et sa fille unique.

Sauf qu’aujourd’hui, l’avocat « qui célèbre les 20 ans de son cabinet et 30 ans de vie commune avec son épouse » fait partie de la brochette des dix prévenus alignés dans ce dossier. Il lui est reproché, en vrac, d’avoir été concomitamment l’avocat de Liliane Bettencourt et Patrice de Maistre – lequel est aujourd’hui soupçonné d’avoir abusé de la faiblesse de l’autre -, d’avoir incité l’héritière de L’Oréal à investir 143 millions d’euros dans la société de Stéphane Courbit - par ailleurs un de ses clients et aujourd’hui coprévenu - , de s’être fait nommer mandataire de protection et d’avoir ensuite géré sa fortune de manière préjudiciable.

Il devait être le sauveteur de Liliane Bettencourt. Il est aujourd’hui l’un des prévenus.

► ► ► DOSSIER |Suivez l'audience en direct, comprenez les enjeux du procès

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.