Les salons de coiffure, un lieu réputé pour employer régulièrement des personnes homosexuelles, selon le Conseil des prudhommes.
Les salons de coiffure, un lieu réputé pour employer régulièrement des personnes homosexuelles, selon le Conseil des prudhommes. © MaxPPP

"Pédé" n'est pas une insulte homophobe selon le Conseil des Prud'hommes de Paris pour qui c'est encore moins une insulte quand on travaille dans un salon de coiffure, un lieu réputé, toujours selon le Conseil, pour employer régulièrement des personnes homosexuelles.

Cette décision date du mois de janvier dernier. Elle faisait suite à la plainte d'un employé pour homophobie.

Cet employé d’un salon de coiffure reçoit un soir par erreur ce message de son patron sur son portable: " je ne le garde pas (...), je le préviens demain, je le sens pas ce mec, c'est un PD, ils ne font que des coups de pute".

Le lendemain, le jeune homme apprend que sa période d’essai s’arrête là. Epaulé par le défenseur des droits, il porte plainte pour licenciement abusif.

Pas de discrimination homophobe

Le Conseil des prud’hommes lui, ne retient pas la discrimination homophobe au motif que :

Les salons de coiffure emploient régulièrement des personnes homosexuelles sans que cela ne pose de problème.

Un cliché déroutant pour Slimane Laoufi, en charge du dossier pour le défenseur des droits, qui juge que cette justification est très dangereuse.

Le Conseil des prudhommes aurait expédié cette décision reprenant presque mot pour mot l’argumentaire de l’avocat de la défense. Ulcéré par cette nouvelle, Mathieu Brancourt, militant de la cause homosexuelle twitte l’information jeudi. Elle sera retwittée plus des milliers de fois.

5.000 euros d’amendes pour licenciement abusif

Visiblement pas à une contradiction prêt, le Conseil de prud'hommes de Paris condamne quand même l’employeur à 5.000 euros d’amendes pour licenciement abusif. La victime a fait appel et de nouveau saisi le Défenseur des droits.

Ce vendredi matin, la ministre du travail a jugé cette décision scandaleuse. Une précision importante du service "justice" de France Inter, pour la Cour de Cassation," pédé" est bien une insulte à caractère homosexuelle, principe réaffirmé dans une décision rendue le 30 mars dernier.

Le reportage d'Alice Serrano :

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.