Un pilote de ligne français de 50 ans a été condamné lundi soir à cinq ans de détention pour avoir commandé des actes sexuels via internet, commis notamment sur des petites filles aux Philippines. Pendant l'audience, l'homme n'a pas semblé saisir la gravité des faits.

Vue du palais de justice de Paris
Vue du palais de justice de Paris © AFP / Gilles Targat

"Nausée" : le mot est lâché lors des plaidoiries de la partie civile, mais il trotte dans les têtes depuis un moment, déjà. D'un côté, une présidente qui détaille, pendant trois heures, des messages glaçants laissés par le prévenu sur des forums pédophiles, lit des commandes à une mère qui fait commettre des actes sexuels sur sa fille devant une webcam, pour 30 euros. De l'autre, un détenu dont le détachement interpelle. Comme si la distance géographique avec les victimes autorisait une distance émotionnelle. 

Pourtant, convoqué pour "complicité d'agressions sexuelles" et "détention d'images pédopornographiques", il est soupçonné d'avoir, pendant quatre ans, commandité des actes sexuels sur des mineures philippines, et stocké près de 15.000 images pédopornographiques sur ses supports numériques. 

"J'étais dans la boulimie"

Sous le pseudo "Benjibenji", ce pilote de ligne qui résidait à Singapour à l'époque des faits, de 2010 à 2014, a échangé avec des amateurs d'images du même type, sur des forums dont l'un se nomme "Pédobook" (la présidente souligne que "ça fonctionne comme Facebook"), a ouvert des discussions titrées "Girls from Manila" (filles de Manille), vanté sa "grosse collection" de clichés, et laissé dans des discussions en ligne des messages sans équivoque, dans lesquels il dit aimer "les petites filles de 6 à 11 ans, pornographie dure avec du sperme (…). Je recherche de vrais pédos pour partager ma passion". 

Tout ceci, il le reconnaît. Tout comme le fait d'avoir régulièrement demandé à une habitante des Philippines de faire commettre, devant la caméra, des actes sexuels sur sa fille. Les messages de "commande" sont effrayants. Et les victimes bien plus nombreuses que cette seule enfant de huit ans : Kimberley, Bridget, Juliane, Michèle… Leurs noms apparaissent au fil de l'audience. Leur âge, aussi : deux, quatre, six, huit, onze ans…

Au sujet de la détention d'image, l'homme reconnaît "une déviance" : "J'ai simplement utilisé des images qui circulaient, j'étais dans la boulimie". Il explique avoir subi des attouchements sexuels de la part de son oncle, enfant, pour justifier son attraction. Gestes qu'il dit avoir enfouis dans sa mémoire et qui lui seraient revenus par "flashes" lors de sa détention.

Les pires fichiers qu'aient eus à voir les enquêteurs

Dès le début de l'audience, la présidente se montre offensive. Citant une discussion dans laquelle il a écrit "la petite de 14 ans a le corps très chaud", elle ironise : "14 ans, c'est trop vieux pour vous…". Le prévenu, lui, se tient droit, parle distinctement, d'une voix assurée, "assume" comme il dit, même s'il admet une "honte". Et  s'enfonce, toujours avec assurance. Juge que "c'est comme être accro au tabac ou à l'alcool". 

La présidente lui rétorque qu'il y a "une différence fondamentale" : "Quand on est accro à la drogue ou à l'alcool, on ne détruit que soi-même". Elle évoque un dossier retrouvé dans son ordinateur : des tortures physiques, des fillettes qui hurlent. Il admet que ce sont "les pires fichiers" qu'il avait, dit en être "traumatisé". À en croire la présidente, ce sont aussi les pires qu'ont eu à voir les enquêteurs, pourtant spécialisés dans ce genre d'affaire.

À aucun moment, le prévenu ne parle des enfants victimes. Ni d'enfants tout court, d'ailleurs. Il dit "personnes". Niant, en début d'audience, avoir commandé des actes sexuels sur des mineures devant une webcam, il finit par concéder "des paiements pour des shows". "Qu'est-ce que vous appelez des shows ?", demande la présidente - "Des mises en scènes érotiques" - "Qui concernaient essentiellement des majeurs, dites-vous, mais pas seulement"... - "Je n'ai jamais pu donner un âge à ces personnes". Ce sera l'une de ces lignes de défense : selon le quinquagénaire, les femmes asiatiques sont trop petites pour déterminer leur maturité, "sans doute à cause de la malnutrition". La présidente lui oppose l'exemple de "Michele, 4 ans".

À croire cet homme, les enfants "qui étaient dans le champ [de la caméra] ne faisaient pas partie du show". Pourtant, devant les enquêteurs, il a reconnu avoir commandé "des shows pédopornographiques", dont "une dizaine de fois avec toujours la même petite fille".

"Il y a de la pédopornographie sans caractère sexuel ?!"

Le prévenu assure ensuite que ces shows n'avaient "pas de caractère sexuel". "Il y a de la pédopornographie sans caractère sexuel ?!" s'agace la présidente. Le prévenu se lance dans des explications confuses où il est question de différence entre érotisme et sexualité, de top-models, de mise en scène, et de jeux de lumière "qui ne permettent pas de certifier que les actes sont bien commis". " 'Retire-lui son short debout. Ok. J'adore '", ce n'est pas 'Je ne vois rien' ", note la présidente.

Il persiste dans sa mauvaise foi. Interpellé sur le fait que les filles vont encore à l'école, il estime que "on peut aller à l'école jusqu'au baccalauréat, ça ne veut rien dire", avant de blâmer "internet", qui "a conditionné toutes ces atroces choses". Le comble du détachement semble atteint lorsqu'il rappelle que, malgré le stress de l'enquête, il continue à piloter convenablement des avions, des A320. "Personne ne s'est plaint. Enfin.. .jusqu'à ce que je me retrouve devant un tribunal pour avoir tué 200 personnes. Pas sûr, je ferais sans doute partie des victimes..." Regards effarés entre la présidente et l'avocat de la défense.

L'absence de victimes

Ce qui manque cruellement, surtout, à cette audience, ce sont les victimes. Trois associations sont installées sur le banc des parties civiles : Ecpat, la Fondation de l'Enfance, et ACPE. L'un de leurs avocats s'adresse au pilote : "Vous êtes l'assassin de l'enfance et de l'innocence de toutes ces enfants (...). Ces petites filles n'auraient jamais été agressées, torturées, humiliées, s'il n'y avait pas des personnes comme vous".

L'homme est condamné à cinq ans de prison, avec mandat de dépôt, à un suivi socio-judiciaire de dix ans avec obligation de soins, et à l'interdiction de se rendre en Asie. "Il n'était pas imaginable que des infractions aussi graves ne puissent être punies de prison ferme", explique la présidente au prévenu, qui a déjà purgé 28 mois de détention, avant de reprendre une vie professionnelle en Grande-Bretagne.

Les enfants, elles, sont aux Philippines, sans doute en train de faire d'autres vidéos, pour d'autres Occidentaux. Ce procès donne l'impression d'une goutte d'eau dans un océan de misère. "Je serai quasiment silencieuse", ajoute une autre avocate :"De toute façon, les mots jetés en l'air ici ne feront sans doute pas beaucoup de bruit là-bas, là où elles vivent". Mais ils devraient à nouveau, bientôt, résonner dans les salles du Palais de justice. Le procureur rappelle que onze procédures sont actuellement en cours, toutes centralisées à Paris.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.