Au début de l'été, le ministère de l'Intérieur a lancé une plateforme numérique inédite pour détecter les arnaques à la carte bancaire et stopper plus vite les voleurs, tout en obtenant rapidement un récépissé pour se faire indemniser par la banque. Car le nombre de Français escroqué est très important.

La plateforme numérique de signalement baptisée Perceval permet de centraliser des centaines de cas d'escroqueries
La plateforme numérique de signalement baptisée Perceval permet de centraliser des centaines de cas d'escroqueries © Radio France / Emmanuel Leclère

En matière de délinquance, c'est un chiffre qui avait stupéfait par son ampleur l'année dernière : 1 200 000 Français ont vu leur carte bancaire piratée en 2016*. À moins de 500 euros escroqués par propriétaire de carte bancaire, il n'y avait pratiquement aucune chance que le pirate informatique ou le voleur de carte bleu soit recherché et arrêté. Les plaintes étaient éparpillées : de la paperasse, du temps perdu et donc pas de poursuites.

Les escroquerie dont ont parle sont parfois minimes, mais mises bout à bout, on arrive pourtant à l'un des principaux contentieux en France avec des millions d'euros détournés chaque année pour des achats sur des sites internet, par exemple, des débits parfois infimes, chaque mois sur votre compte. 

Au début de l'été, le ministère de l'intérieur a donc lancé Perceval, une plateforme numérique inédite pour détecter bien plus rapidement ces arnaques et donc tenter de stopper plus vite leurs auteurs, tout en permettant aux victimes d'obtenir rapidement un récépissé pour se faire indemniser par la banque.      

Neuf dossiers de signalements Perceval déjà transmis à la justice 

Depuis deux mois et demi, c'est en train de changer radicalement. Perceval permet de centraliser des centaines de cas d'escroqueries avec déjà plusieurs personne identifiées (qui peuvent être les voleurs initiaux ou qui ont revendu les CB sur le Darkweb ) et des achats douteux repérés via une adresse mail par exemple. "Nous avons déjà pu transmettre neuf dossiers" précise le colonel Cyril Piat qui dirige le centre de lutte contre les criminalité numérique au sein de la gendarmerie nationale. 

Neuf procureurs saisis, cela fait plusieurs unités d'investigations police ou gendarmerie qui vont pouvoir aller perquisitionner et tenter ensuite de remonter aux éventuels réseaux de criminalité organisée qui se cachent derrière certains vols ou certaines arnaques.   

La plateforme Perceval va monter en puissance dès lundi prochain

Pour l'instant les signalements à Perceval représentent chaque jour à peu près 10 % du total des infractions estimées en France. Mais la courbe ne cesse de grimper et à partir de la semaine prochaine, cette plateforme numérique inédite pourra monter sérieusement en puissance avec six agents supplémentaires à temps plein.

* Statistique de l'Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale. Échantillon de 16 000 personnes. Enquête Cadre de vie et Sécurité. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.