Philippe Courroye
Philippe Courroye © MaxPPP/Thomas Padilla

C'est un non lieu que vient de prononcer le Conseil Supérieur de la Magistrature à l'encontre de Philippe Courroye.

L'ex-procureur de la République de Nanterre avait dû comparaîte en novembre dernier en audience disciplinaire devant ses pairs dans l'affaire dites des "fadettes" concernant le journal Le Monde.

Selon le conseil supérieur de la magistrature: > Il n'y a pas lieu à sanctions disciplinaires. Le CSM n'émet qu'un avis, la décision appartenant à la ministre de la Justice. Le directeur des services judiciaires avait requis pour sa part en novembre devant la formation disciplinaire du CSM une sanction "équivalente au retrait de ses fonctions" à l'encontre du magistrat qui avait requis les factures téléphoniques détaillées des journalistes du Monde travaillant sur l'affaire Bettencourt.

"Une grave erreur d'appréciation": les détails de Nathalie Hernandez

Jean-François Beynel estimait que Philippe Courroye avait commis plusieurs fautes disciplinaires, en particulier la violation du secret des sources des journalistes, présentée comme l'une des "pierres angulaires de la démocratie".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.