Lors d’une interview au micro de France Inter, l’artiste et activiste russe raconte une double rencontre, mi-janvier, avec l’avocat Juan Branco et le "gilet jaune" Maxime Nicolle. Il explique qu’il les a mis tous les deux au courant de son projet de diffuser les vidéos intimes de Benjamin Griveaux qu'il possédait.

Piotr Pavlenski au micro de France Inter le 23 février 2020
Piotr Pavlenski au micro de France Inter le 23 février 2020 © Radio France

"En janvier, j’ai rencontré Juan Branco et Maxime Nicolle", explique Piotr Pavlenski. C’était quelques semaines avant le lancement concret de son site porno-politique. Maxime Nicolle est une des figures des Gilets Jaunes; Juan Branco un avocat proche des Gilets Jaunes, qui a été candidat pour la France insoumise et a conseillé Piotr Pavlenski dans cette affaire. "Je leur ai dit 'je veux faire ce projet'. J’ai demandé à Juan s’il était possible d’héberger mon site sur le territoire français, ou si ça risquait d’être fermé dès la création. Il m’a dit qu’il pensait que c’était possible."

Puis, le militant russe leur détaille un peu plus ce qu’il compte montrer sur ce site. "Je lui ai dit que j'avais quelques 'documents', à caractère pornographique, mais qu’on ne voyait pas de visage. Je voulais savoir comment faire pour que les gens me croient quand même. Juan m’a dit que je devais comprendre que ça pouvait poser des problèmes juridiques. J’ai répondu : 'T’inquiète pas, s’il y a des problèmes juridiques c’est pas très grave.'"

"En général, quand je commence à expliquer mes projets, les gens prennent leurs distances"

Quant à Maxime Nicolle, Piotr Pavlenski assure lui avoir demandé directement "si, après [la publication, NDLR], il pouvait m’aider à diffuser des contenus. Mais il a refusé de diffuser des articles, il m’a dit qu’il pourrait juste, peut-être, diffuser l’adresse du site Internet. Tout ça, ça devait être le 13 ou le 15 janvier."

Le 13 puis le 14 février, les vidéos tournent particulièrement vite sur des groupes Facebook de "gilets jaunes", avant même leur explosion sur les réseaux sociaux. Comment explique-t-il ce revirement ? "Après, ce sont les gens qui s’en emparent. En général, quand je commence à expliquer mes projets, les gens prennent leurs distances. Maxime aussi ! Chaque fois que je veux créer quelque chose, les gens prennent leurs distances, et puis quand c’est fait, ils voient ce que j’ai fait et ils me soutiennent."

Des réserves auxquelles l’artiste controversé est habitué, même s’il ne pensait pas que ça irait si loin. "Maxime avait pris ses distances, Juan avait pris ses distances, en disant qu’il pouvait être mon avocat si besoin. À ce moment-là, je ne pensais pas que c’était possible, une telle réaction du pouvoir."

Au cours d'un live sur facebook, le 17 février, Maxime Nicolle a affirmé lui-même qu'il était présent avec Juan Branco "quand Juan a été mis au courant de ces vidéos" par Piotr Pavlenski.

Retrouvez l'interview complète de Piotr Pavlenski : "Je suis content de me rendre compte que Pornopolitique est utile aux Français"

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.