Ce mercredi, s'ouvre devant la cour d'appel de Paris, le procès en appel des époux Balkany pour "fraude fiscale". Condamnés dans ce premier volet respectivement à quatre et trois ans de prison ferme et 10 ans d'inéligibilité chacun, ils ont fait appel de ces condamnations et les revoilà devant la justice.

Isabelle et Patrick Balkany photographiés en 2015, à Rueil-Malmaison.
Isabelle et Patrick Balkany photographiés en 2015, à Rueil-Malmaison. © AFP / Lionel Bonaventure

C'était en mai dernier. Le procès de Patrick et Isabelle Balkany s'ouvrait, sous haute couverture médiatique, devant le tribunal correctionnel de Paris. Le couple était poursuivi pour fraude fiscale, premier volet d'un dossier qui en comptait deux, le deuxième couvrant des faits de corruption et blanchiment de fraude fiscale. 

Nous sommes désormais en décembre et ce nouveau procès d'Isabelle et Patrick Balkany s'ouvre devant la cour d'appel de Paris. Les faits n'ont pas changé. 

Au cœur de l'audience, les mêmes questions 

Le couple Balkany a-t-il bénéficié de revenus en espèces non déclarés ? Les employés de maison ont ainsi raconté les liasses de billets sur le bureau de la chambre, "l'attaché-case" avec "une enveloppe marron assez épaisse", les billets de 500 euros dans les poches de costume ou même "de son peignoir".  

Les élus de Levallois-Perret ont-ils possédé sans les déclarer le moulin de Cossy, à Giverny, ses 11 chambres, neuf salles de bain, piscine de 100 mètres carrés et tennis ? La villa Pamplemousse de Saint-Martin, revendue depuis pour deux millions de dollars ? Le riad de Marrakech dont le couple a toujours nié être propriétaire ? 

Patrick Balkany, détenu à l'audience

Le dossier, établi à la suite d'une plainte du 1er juin 2015 de l'administration fiscale, n'a pas changé. Le contexte, en revanche, si. À commencer par un nouvel avocat pour Patrick Balkany. Exit Maître Eric Dupond-Moretti, place à Maître Romain Dieudonné, jeune avocat de 31 ans, qui a plaidé la dernière des trois demandes de remise en liberté du baron des Hauts-de-Seine. Car, c'est une autre nouveauté, Patrick Balkany comparaîtra détenu à cette audience en appel. Il avait été incarcéré immédiatement après sa condamnation, en septembre. 

"Monsieur Balkany va donc comparaître détenu. Sur un plan de principe ça change beaucoup de choses parce qu'il va comparaître dans le box", explique Maître Romain Dieudonné. "Dans un dossier de cette nature, à caractère fiscal, devant la chambre devant laquelle on va comparaître, que le prévenu comparaisse détenu c'est tout à fait inhabituel !" précise l'avocat de Patrick Balkany. 

Isabelle Balkany, co-prévenue dans ce procès, comparaîtra quant à elle libre et sera, sauf surprise, présente à l'audience. Ce n'était pas le cas en première instance, du fait d'une tentative de suicide quelques jours avant l'ouverture du procès.  

Enfin, pour ce procès en appel, les cartes sont totalement rebattues. Isabelle et Patrick Balkany encourent donc, à nouveau, jusqu'à cinq ans de prison et 10 ans d'inéligibilité.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.