Bernard Tapie qui "était ruiné" de son propre aveu, souhaite revenir en politique
Bernard Tapie qui "était ruiné" de son propre aveu, souhaite revenir en politique © MaxPPP

Condamné en appel début décembre à rendre les 405 millions d'euros qu'il avait obtenus par arbitrage dans l'affaire Adidas, l'homme d'affaires n'a toujours rien payé, grâce à une autre décision de justice qui lui a permis de geler la situation... Le parquet s'en agace.

Au milieu de ses revers judiciaires, Bernard Tapie s'est en fait abrité sous la protection du tribunal de commerce de Paris. Le 30 novembre, trois jours avant l'arrêt de la cour d'appel qui allait le condamner à rembourser, il avait obtenu que ses sociétés soient placées en procédure de sauvegarde, ce qui gèle la situation pendant six mois .

Une décision incompréhensible pour les avocats de la puissance publique : cette mesure a en effet pour but de protéger une entreprise en difficulté et ses emplois, or les sociétés de Bernard Tapie n'ont pas de salariés et pas d'autre activité que d'abriter sa fortune .

Pendant ce temps, les intérêts grimpent...

Le parquet de Paris a fait appel, mais le tribunal de commerce a refusé la semaine dernière de convertir la mesure de sauvegarde en liquidation judiciaire. La cour d'appel de Paris va encore devoir trancher.

Bernard Tapie fait valoir qu'il a encore une chance de gagner, devant la Cour de cassation. Son pourvoi a été déposé le 8 janvier et les délais habituels sont de l'ordre d'un an . Il ne veut donc pas rembourser tout de suite...

En attendant, deux mois après la signification de l'arrêt de la cour d'appel, les intérêts augmentent. À partir du 4 février, l'homme d'affaire doit normalement payer, pour chaque jour de retard, 72 000 euros en plus.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.