Christophe Girard a annoncé, ce jeudi, démissionner de son poste d'adjoint d'Anne Hidalgo, face aux vives critiques d'élus écologistes et de militantes féministes, après son audition en mars dans le cadre de l'enquête sur Gabriel Matzneff. L'élu avait alors été entendu comme témoin.

Christophe Girard et Anne Hidalgo en janvier 2020
Christophe Girard et Anne Hidalgo en janvier 2020 © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN

"Je suis écœurée. Dans quelle démocratie vivons-nous, où le droit est piétiné par la rumeur", a réagi Anne Hidalgo sur Twitter, après la démission de son adjoint à la Culture. D'un point de vue juridique, il n'y a, à ce stade, effectivement aucune poursuite contre Christophe Girard. C'est comme "témoin" que celui-ci a été entendu en mars par les enquêteurs de l'Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP), dans le cadre de l'enquête visant Gabriel Matzneff.

En 1986 et 1987, Christophe Girard est secrétaire général de la maison Yves Saint Laurent. Or, à l'époque, la fondation finance un logement à l'écrivain, dans un hôtel parisien du boulevard Saint-Germain. Gabriel Matzneff a donné des détails dans un entretien au New York Times, paru en février 2020 : selon ses dires, Christophe Girard lui a assuré que "pour nous, c’est une goutte d’eau, ce n’est rien, nous vous aimons beaucoup". C'est dans cette chambre que Gabriel Matzneff est soupçonné d'avoir violé Vanessa Springora, lorsqu'elle était adolescente. L'éditrice a révélé l'affaire dans son livre "Le Consentement", suscitant l'ouverture, en janvier, par le parquet de Paris d'une enquête pour "viols commis sur la personne d'un mineur de 15 ans".

Une allocation à vie en 2002

L'actuel directeur du Centre national du livre a également affirmé au journal L'Opinion, que Christophe Girard a fait pression pour que l'écrivain reçoive une allocation à vie, à partir de 2002. Un soutien que certains jugeront répréhensibles sur le plan moral, mais qui ne conduit à aucune poursuite judiciaire.

À ce stade, personne n'est mis en examen dans ce dossier. Si les faits concernant Vanessa Springora sont prescrits, les enquêteurs cherchent maintenant à savoir si d'autres adolescentes ou adolescents ont pu être victimes des agissements attribués à Gabriel Matzneff. Un appel à témoins en ce sens a été lancé en février.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.