La cour d'appel de Paris vient d'ordonner la reprise de l'enquête, suite à une plainte pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance déposée en février 2018 et qui avait abouti à un non-lieu six mois plus tard.

Gérald Darmanin le 10 juin 2020 à Paris
Gérald Darmanin le 10 juin 2020 à Paris © AFP / Ludovic Marin
  • De quelles accusations parle-t-on ?

Gérald Darmanin avait été visé par deux plaintes : l'une pour "abus de faiblesse", classée sans suite au printemps 2018. L'autre, pour "viol", "harcèlement sexuel" et "abus de confiance" déposée en février 2018. En août 2018, elle avait abouti à une "ordonnance de non-lieu à informer". C'est cette seconde affaire et cette décision en particulier qui était examinée par la cour d'appel (sur demande de la cour de cassation, qui avait cassé en novembre 2019 la décision originale).

  • Que dit la décision du jour de la cour d'appel ?

La justice estime que les premières enquêtes n'ont pas été assez loin : il y avait eu les auditions de la victime et celle de Gérald Darmanin, ainsi que de quelques proches, ainsi qu'une expertise psychologique. Mais le juge avait rapidement prononcé un non lieu "faute de pouvoir établir l'absence de consentement ni de caractériser l'existence d'une contrainte, d'une menace, d'une surprise ou d'une violence" lors des relations sexuelles que la plaignante avait eues avec Gérald Darmanin neuf ans plus tôt. Le seconde plainte n'était guère allée plus loin, le magistrat prononçant cette fois un refus d'informer, un refus d'enquêter. C'est cette décision qui est aujourd'hui contestée par la cour d'appel de Paris...

  • Que demandent les avocates de la plaignantes ?

Elles se félicitent de cette décision, et demandent des investigations soutenues : confronter Gérald Darmanin à son accusatrice et aux éléments du dossier, entendre davantage de témoins, vérifier les déplacements et les paiements effectués dans les hôtels et les clubs libertins dans lesquels elle affirme avoir été violée. Elles souhaitent aussi que soit entendue la deuxième plaignante, celle qui dénonçait en février 2018 des faits similaires.

  • Que dit la défense ?

"Il ne s'agit là que d'une question de recevabilité de pure forme", réagissent de leur côté les avocats de l'actuel ministre de l'action et des comptes publics et maire de Tourcoing. Dans un communiqué, ils ajoutent que Gérald Darmanin a également déposé une plainte en dénonciation calomnieuse.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.