Placé en hôpital psychiatrique lundi soir, un homme de 23 ans a tué trois personnes dans les deux départements. La question d'éventuelles défaillances est posée.

Trois morts après une cavale meurtrière dans la Drôme et le Vaucluse
Trois morts après une cavale meurtrière dans la Drôme et le Vaucluse © Visactu

Au lendemain de Noël, le suspect a tué trois personnes, dans une cavale qui l'a mené de la Drôme au Vaucluse. Le procureur a fait le point sur l'enquête, qui devait déterminer pourquoi l'homme, passé en garde-à-vue et en hôpital psychiatrique, a pu tuer à trois reprises.

Plusieurs occasions de le stopper se sont en effet présentées dans la soirée précédant son périple meurtrier. Dans le TGV Marseille-Paris, il est débarqué une première fois à Avignon, car il a eu un comportement agressif et il n'a pas de billet. Il paraît calme une fois sur le quai, il peut alors monter dans le train suivant. Nouveaux incidents : il est à nouveau agressif vis-à-vis de deux passagers, et bouscule la serveuse du wagon-bar.

Des voyageurs régulièrement débarqués sans problème

Il est débarqué à Valence, cette fois. Il est à nouveau très calme, montre ses papiers, dit qu'il est malade et qu'il prend du Valium. Il demande alors à être emmené à l'hôpital. Les gendarmes le confient alors aux pompiers, qui le transfèrent aux urgences. Il s'éclipsera moins d'une heure plus tard.

Le procureur et le commandant du groupement de gendarmerie de la Drôme l'assurent : à ce moment-là, les passagers n'ont pas encore déposé plainte, et il n'y avait pas lieu de prendre des mesures coercitives. Des voyageurs agités sont régulièrement descendus des trains, des faits malheureusement classiques qui ont dévié, ce soir de Noël, en folie meurtrière.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.