décision sur la remise de nemmouche à la belgique le 12 juin
décision sur la remise de nemmouche à la belgique le 12 juin © reuters

Mehdi Nemmouche a réitéré jeudi devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles son refus d'être remis à la Belgique dans l'enquête sur la tuerie du Musée juif de Bruxelles, qui a fait trois morts le 24 mai dernier.

L'audience, qui a duré cinq minutes dans une cour d'appel entourée d'un imposant dispositif de sécurité, a été renvoyée au 12 juin le temps pour la défense de préparer le dossier.

Selon son avocat, Apolin Pepiezep :

On a eu très peu de temps pour se préparer et c'est la raison pour laquelle nous avons préféré demander le renvoi de cette audience pour pouvoir préparer correctement nos arguments. Nous ne sommes pas en train de nous dérober.

►►► ALLER PLUS LOIN | Nemmouche refuse sa remise aux autorités belges

Mehdi Nemmouche, un franco-algérien de 29 ans, est apparu mal rasé, les cheveux ras et vêtu d'une polaire noire. Il avait exprimé mercredi devant le parquet général de Versailles son refus d'être remis à la Belgique, qui le réclame dans le cadre d'un mandat d'arrêt européen pour le juger. Prié de dire s'il consentait à cette procédure, l'homme a répondu : "Non".

Si la justice française se prononce pour sa remise à la Belgique le 12 juin, Mehdi Nemmouche pourra former un pourvoi en cassation, ce qui retardera la procédure. Mehdi Nemmouche, qui est écroué depuis mercredi à la maison d'arrêt de Bois-d'Arcy (Yvelines), a été introduit dans un box vitré par trois hommes cagoulés et lourdement armés des Equipes régionales d'intervention et de sécurité (ERIS), des gendarmes d'élite attachés aux services pénitentiaires.

Dans la salle, quatre hommes du Raid, les unités spéciales de la police, eux aussi cagoulés et armés, étaient présents. Originaire de Roubaix, Mehdi Nemmouche a été arrêté le 30 mai à Marseille à sa descente d'un car en provenance de Belgique puis transféré à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), à Levallois-Perret (Hauts-de Seine).

Le procureur de Paris, François Molins, a expliqué qu'il détenait un fusil d'assaut Kalachnikov et un pistolet identiques à ceux utilisés à Bruxelles. La carte mémoire de son appareil photo contenait une vidéo dans laquelle un homme, dont la voix ressemble à celle du suspect, revendique l'attaque.

Le suspect a été incarcéré à cinq reprises en France et se serait autoradicalisé durant sa détention, a dit le magistrat, précisant qu'il était resté en Syrie plus d'une année dans les rangs de groupes combattants.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.