Le groupe américain a publié jeudi 5 décembre pour la première fois un rapport sur la sécurité à bord de ses VTC aux États-Unis. En France, des centaines de témoignages rapportant des agressions sexuelles lors de voyages Uber ont été publiés sur Twitter avec le hashtag #UberCestOver.

235 viols ont été enregistrés aux États-Unis en 2018 lors de voyages avec Uber.
235 viols ont été enregistrés aux États-Unis en 2018 lors de voyages avec Uber. © AFP / JOEL SAGET

Le groupe de VTC américain a publié jeudi 5 décembre un rapport révélant que 235 viols ont été enregistrés en 2018 et 229 en 2017 aux États-Unis. Des usagers, des conducteurs ou des tiers ont rapporté près de 6000 agressions sexuelles en 2017 et 2018.  Dans ce texte de 84 pages, Uber a répertorié cinq catégories d'agressions et de crimes : les viols, les tentatives de viols, les caresses non-consenties sur parties génitales, les baisers non-consentis sur parties génitales et les baisers forcés. 

Sur ces deux années, le texte précise que "les pénétrations sexuelles non consenties rapportées sont survenues en moyenne lors d'un trajet sur cinq millions en 2017 et en 2018." Si on prend en compte toutes les agressions sexuelles, alors 0,0002% des 2,3 milliards de courses opérées par Uber, aux Etats-Unis en 2017 et 2018 sont concernées.

Toutes catégories confondues, dans plus de la moitié des cas, les victimes sont des usagers, dans 42 % des conducteurs et 2% des tiers. 

Multiplications des plaintes 

La publication de ce rapport arrive à un moment où les témoignages faisant état d'agressions sexuelles dans les Uber se multiplient en France. Après le témoignage de "Sonia", une étudiante strasbourgeoise, le 17 novembre dernier, d'autres témoignages sont apparus avec le hashtag #UberCestOver. L'étudiante strasbourgeoise a publié la photo de son agresseur, précisant "j'ai déposé une plainte, apparemment je ne suis pas la première !". Au micro de France Inter, elle se dit aujourd'hui impressionnée par l'ampleur des témoignages : "je ne m'y attendais pas du tout. En racontant mon histoire, je ne pensais pas qu'autant de femmes étaient concernées". 

Uber reçu par Marlène Schiappa 

Face à ces centaines de témoignages et au rapport publié par le groupe américain des VTC, Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, a réagit jeudi 5 décembre sur Twitter, "je reçois la semaine prochaine la direction de Uber France".

Uber France a notamment réagit jeudi sur Twitter avec une vidéo de Steve Salom, le général manager d'Uber en France: "vous avez peut-être entendu parler d'agressions sexuelles sur notre plateforme. De telles situations sont inacceptables, elles ne peuvent pas rester sans suite. Nos procédures doivent être irréprochable et nous allons continuer de les améliorer."  

La société précise dans son rapport vouloir renforcer les contrôles de ces conducteurs et mettre en place un bouton dans les VTC permettant de signaler un incident pendant le trajet. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.