La justice espagnole a acquitté mercredi les trois accusés
La justice espagnole a acquitté mercredi les trois accusés © Max PPP

La justice espagnole a acquitté mercredi les trois accusés jugés au pénal pour la marée noire consécutive au naufrage en novembre 2002 du pétrolier Le Prestige, la pire catastrophe écologique subie par l'Espagne.

L'accident du pétrolier au large des côtes de Galice (nord-ouest) après une avarie avait souillé des milliers de kilomètres de côtes, surtout en Espagne mais aussi au Portugal et en France, et contraint à la fermeture de riches zones de pêches.

"Le souillage tout le monde s'en fout" Yves Montus, président des maires des Landes

Les trois juges espagnols ont estimé qu'il était impossible d'établir la responsabilité pénale des trois accusés et jugé que le capitaine, Apostolos Mangouras, aujourd'hui âgé de 78 ans, le chef mécanicien, Nikolaos Argyropoulos, et le directeur de la Marine marchande espagnole d'alors, José Luis Lopez-Sors, n'étaient pas coupables du délit d'atteinte à l'environnement.

Le capitaine Mangouras a toutefois été reconnu coupable de désobéissance aux autorités espagnoles qui avaient demandé que le pétrolier, en service depuis 26 ans, reste aussi loin des côtes que possible. Il a été condamné pour cela à neuf mois de prison avec sursis.

Les Espagnols ne comprennent pas cet acquittement: les détails avec Mathieu de Taillac

Après une tempête qui avait gravement endommagé un réservoir, le navire avait dérivé en mer pendant plusieurs jours avec en soute 77.000 tonnes de pétrole, s'étant vu interdire d'accoster en France, en Espagne et au Portugal.

Il avait fini par se fendre en deux et couler à environ 250 milles de la côte. Du pétrole avait continué à se répandre alors qu'il gisait au fond de l'eau. Les juges ont estimé que la fuite avait été causée par les insuffisances de la maintenance et que l'équipage ignorait ce fait.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.