La prison des Baumettes propose un des conditions d'hébergement "très dégradées"
La prison des Baumettes propose un des conditions d'hébergement "très dégradées" © Maxppp

Les surveillants organisent ce matin une opération coup de poing pour dénoncer leurs conditions de travail, mais aussi la surpopulation carcérale et ses conséquences : aux Baumettes, elle atteint 160 %. Ils subissent insultes, menaces et agressions.

La circulation sera difficile ce matin au niveau du rond-point du Prado, à Marseille. Et pour cause, les surveillants comptent bloquer dès 7h45 ce carrefour très fréquenté, à l'appel du syndicat pénitentiaire des surveillants. Ils seront une trentaine réunis pour dénoncer leurs conditions de travail.

Pas assez de surveillants, trop de détenus

Un quotidien fait de menaces, d'insultes et d'agressions physiques, avec une totale impunité selon eux des prisonniers en cause. La surpopulation attendrait les 160 % aux Baumettes, d'après le syndicat, avec 1 896 personnes détenues pour 1 190 places initialement prévues. L'établissement a d'ailleurs été épinglé plusieurs fois, notamment pour ce problème. Fin 2012, le contrôleur général des lieux de privation de liberté Jean-Marie Delarue avait accablé la prison marseillaise.

Les surveillants, eux, subissent au quotidien les conséquences de cette surpopulation.

Sébastien Moréno, secrétaire adjoint du syndicat pénitentiaire des surveillants, sait que la situation peut déraper à tout moment (au micro de Stéphane Burgatt)

Principale revendication du syndicat : combler le manque d'effectifs. Il estime que les les surveillants pénitentiaires sont dépassés par le nombre de détenus à gérer.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.