Des "faits têtus", "pas un procès politique": le parquet de Paris a requis mercredi 18 mois de prison ferme contre le polémiste Dieudonné M'Bala M'Bala, soupçonné notamment d'avoir détourné plus d'un million d'euros de recettes de ses spectacles.

 Dieudonné risque de la prison ferme.
Dieudonné risque de la prison ferme. © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN

L'humoriste qui n'a pas ouvert la bouche de tout le procès, invoquant son droit au silence, se dit, en dehors de la salle d'audience, totalement innocent. Et c'est avec le sourire qu'il a accueilli les réquisitions des deux procureurs, qui se sont d'abord attachés à proclamer leur indépendance. 

"Non, il ne s'agit pas d'un procès politique. Il n'y a pas d'ennemi à abattre sur instruction du pouvoir", pas de "stratégie Al Capone", explique l'accusation, en référence au gangster tombé pour fraude fiscale. "Ses ennuis judiciaires, Monsieur M’Bala M’Bala ne les doit qu'à lui-même", dit le procureur, avant de détailler les charges : un signalement de la cellule Tracfin en 2012, sur des mouvements suspects entre ses comptes, des transferts d'espèces à l'étranger, notamment vers le Cameroun, un patrimoine immobilier conséquent, 3 maisons et un bateau. Lors d’une perquisition chez Dieudonné et sa compagne, 650 000 euros et 15 000 dollars en liquide sont retrouvés. 

Ni caisse enregistreuse ni terminal de carte bleue à la billetterie du théâtre de la main d’Or

Pour le parquet, il n'y a aucun doute : la société les productions de la Plume, qui gérait notamment la billetterie du théâtre de la main d’Or, était l'instrument de la fraude et du blanchiment. Il n’y avait ni caisse enregistreuse, ni logiciel de caisse, pas même de terminal de carte bleue. Selon les estimations de l’accusation, 1,2 million d’euros auraient ainsi échappé à l'impôt, entre 2009 et 2014. Ce que conteste Dieudonné.

"Tout ça, ce sont des dons déclarés, j’ai payé des impôts dessus, je ne vais pas payer deux fois ! Je suis innocent. Pour moi, il n’y a pas l’ombre d’un doute que ce dossier, qui est né dans un contexte de très forte pression politique contre moi, est absolument vide."

Après le signalement de Tracfin, Dieudonné a en effet réglé en partie sa situation fiscale – ses avocats disent qu’il a réglé 2 millions d’euros d’impôts et de pénalités de retard. Mais au vu de l’ampleur et de la durée des faits, le parquet estime que Dieudonné doit aussi être sanctionné pénalement, pour abus de biens sociaux, fraude fiscale, blanchiment et organisation frauduleuse d’insolvabilité. L’accusation demande en revanche sa relaxe pour le non-paiement de l’impôt sur la fortune, auquel, après analyse, il n’était pas assujetti. 

Le parquet a ainsi requis 685.000 euros d'amendes en tout, contre Dieudonné et sa société, en plus de 3 ans de prison dont 18 mois avec sursis. Contre sa compagne Noémie Montagne, l’accusation demande 18 mois avec sursis. Fustigeant les « regards de haine » lancés par la défense au long de ce procès tendu, la deuxième procureure a assuré avoir « requis sans haine ». « Nous n’avons reçu aucune directive, nous sommes libres. Vous pouvez ne pas nous croire » a-t-elle conclu, avant de citer un proverbe bantou : "Le mensonge donne des fleurs, mais pas des fruits"; c’est une illusion éphémère qui se dissipe."

La décision sera mise en délibéré.

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.