**Après quatre journées consacrées à l'examen des faits, médecins, sociologues et politiques spécialistes du sujet sont appelés à la barre, pour témoigner, au-delà du cas de l'ex-médecin, des pratiques autour de la fin de vie en France.**
le débat sur l'euthanasie au coeur du procès bonnemaison
le débat sur l'euthanasie au coeur du procès bonnemaison © reuters
L'ancien urgentiste de Bayonne est poursuivi pour avoir donné la mort à sept personnes en fin de vie. Deux familles se sont constituées parties civiles. [Jean Léonetti, auteur de la loi portant son nom](http://www.franceinter.fr/emission-linvite-du-samedi-jean-leonetti), qui encadre les soins palliatifs mais proscrit l'euthanasie, a témoigné ce matin. Egalement à la barre aujourd'hui : [le professeur Sicard, ancien président du Conseil consultatif national d'éthique](http://www.franceinter.fr/emission-le-telephone-sonne-le-rapport-sur-la-fin-de-vie-du-professeur-sicard), et son président actuel, Jean-Claude Ameisen ainsi que les anciens ministres Michèle Delaunay et Bernard Kouchner (vendredi), auteur de la première loi sur le droit des malades. Certains devraient se prononcer pour la légalisation de l'euthanasie, voire l'autorisation du suicide assisté et tenter de transformer le procès d'un homme en débat de société. **► ► ► COMPRENDRE | [Les acteurs du procès Bonnemaison](http://www.franceinter.fr/depeche-affaire-bonnemaison-les-acteurs)** ### Changer la loi Léonetti ? Faut-il changer la loi Léonetti? C'est le débat sous-jacent de ce procès. Actuellement, les médecins ont le droit d'administrer des médicaments pour soulager la douleur des patients incurables y compris si ce traitement est susceptible d'abréger leur vie, une décision dont le malade ou ses proches, doivent être informé. Le député n'est pas contre une amélioration de sa loi mais estime qu'il faudrait, pour commencer, mieux l'appliquer. > Le corps médical a déjà assez de moyen et de pouvoir sans qu'on lui donne en plus le pouvoir de donner la mort.
Le docteur Bonnemaison n'a jamais clairement revendiqué sa désobésissance à la loi. Tout juste a-t-il reconnu avoir du mal avec l'obligation d'informer les familles; source selon lui de culpabilité. Quant à l'emploi de curare, un produit létal et donc interdit, il le reconnait dans un seul cas. Pour sa défense, ses avocats ont pourtant fait citer tous les spécialistes de la fin de vie pour dépasser le seul cas du Docteur Bonnemaison. Me Benoît Ducos Ader : > Il faut qu'il y ait des gens qui critiquent la loi de Mr Léonetti.
Une ligne de défense complexe, pour un médecin qui dit ne pas être un militant de l'euthanasie, mais avoir agi uniquement pour apaiser les souffrances de ses malades.
Fin de vie : ce que dit la loi
Fin de vie : ce que dit la loi © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.