Deux hommes qui avaient menacé de mort et de viol la journaliste Nadia Daam, après une chronique où elle se moquait des internautes du forum 18-25, ont été jugés aujourd'hui par le tribunal correctionnel de Paris.

Capture d'écran du forum 18-25 de Jeuxvideo.com
Capture d'écran du forum 18-25 de Jeuxvideo.com

Ils sont côte à côte à la barre, bras croisés, l'air tout à fait ordinaire. Chemise et baskets blanches, lunettes, le plus jeune s'appelait "tintindealer" sur le forum 18-25 du site jeuxvideo.com. Il a 20 ans, travaille chez France Télécom, et vit toujours chez ses parents. Après la chronique de Nadia Daam sur Europe 1, en novembre dernier, où elle se moquait d'un forum hébergeant "les déchets non recyclables d'Internet", il a posté sur Twitter un photomontage avec la tête de la journaliste sur le corps d'un otage de Daech. Il est poursuivi pour menaces de mort.

"J'avais pas pris en compte le côté menaçant", explique-t-il. La chronique de Nadia Daam, il ne l'avait pas entendue en entier. La journaliste y réagissait au raid numérique lancé via le forum contre Elliot Lepers et Clara Gonzales, créateurs d'un "numéro anti relous" vite submergé par les appels malveillants. "J'ai vu sur Twitter qu'elle avait pris à partie tout le forum... Je l'avais pas appelé, moi, ce numéro" tente "tintindealer", pour expliquer sa colère. Il se tourne d'un air contrit vers la journaliste : "je tiens à vous demander pardon".

"Je voulais faire le malin"

"Vous vivez sur la même planète que nous ?"cingle la présidente. "Vous ne voyez pas le côté menaçant de la montrer comme otage de Daech ?" Non, ça ne lui est pas venu à l'esprit. "_Quand des gens m'ont dit que c'était une menace, je l'ai supprimé"_, explique le jeune homme. "J'ai appris ensuite qu'elle avait été menacée, je ne le savais pas... Je voulais faire le malin. Si j'avais su... j'aurais pas fait". Son avocat parvient à lui soutirer qu'"il n'a rien contre les féministes".

Au suivant. Chemise et pantalon gris, 34 ans, petite barbiche, il est administrateur de base de données, sur Internet, on le connaît comme "Quatrecenttrois" : "Je suis un membre lambda du forum 18-25, je fais des messages trollesques". La présidente a du mal à voir l'humour du message posté le 2 novembre sur la plateforme. "Vous écrivez : 'la MILF brunette, je lui remplis sa bouche avec mon foutre', ça veut dire quoi, à part lui imposer une fellation, monsieur?" "Je peux pas vous expliquer, à mon sens, c'est une image... Bon, je ne suis pas Guillaume Apollinaire." En effet.

Six mois de prison avec sursis 

L'homme regrette ensuite les conséquences de toute cette histoire, pour Nadia Daam, mais aussi pour lui. "J'ai été mis à pied, je vais sans doute être licencié", explique-t-il. La déposition des deux prévenus a estomaqué Nadia Daam. "Je suis sidérée par la désinvolture, la naïveté des propos, qui confinent parfois à de la bêtise. Quand j'ai entendu 'oh là là, vous savez, ma vie est pas facile depuis cette histoire' j'ai failli rire. Quand on participe à un raid, car ce sont des raids qui ont été menés contre moi, on peut pas la jouer désinvolte ou naïf".

La réalité a rattrapé les deux hommes, au casier judiciaire vierge, et qui s'imaginaient sans doute à l'abri derrière leur écran. "Tintindealer" et "Quatrecenttrois" écopent de la même peine, 6 mois de prison avec sursis et 2000 euros de dommages et intérêts. Le plus jeune n'est pas revenu écouter la sentence. Très émue, Nadia Daam souffle : "j'espère que c'est fini, cette fois". Son avocat réagit, lui, sur Twitter.

À la barre, Nadia Daam a expliqué que bien qu'ayant quitté tous les réseaux sociaux, elle reçoit encore des messages haineux. Il y a un mois, alors qu'elle était au tribunal pour cette même affaire, elle a été cambriolée, la porte de son appartement défoncée en plein jour. "Les policiers m'ont dit que c'était ciblé." Elle est en train de déménager, avec sa fille de 12 ans, qui changera de collège à la rentrée. "Il s'est passé quelque chose, aujourd'hui. On dit que ça existe, le harcèlement, la persécution. On n'a pas nié la gravité des faits. C'est bien."

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.