DSK au procès du Carlton
DSK au procès du Carlton © Maxppp / Yoan Valat

C'est aujourd'hui que le tribunal correctionnel de Lille rend sa décision dans le procès du Carlton. Aujourd'hui que les quatorze prévenus - dont le plus célèbre d'entre eux, Dominique Strauss-Kahn- qui ont comparu trois semaines durant seront fixés sur leur sort judiciaire. Aujourd'hui qu'un point - peut-être pas final en cas d'appel - va être apporté à cette affaire judiciaire qui a déferlé la chronique.

DSK, vers la relaxe

Le 17 février dernier, au 11e jour d'audience, le procureur Frédéric Fèvre a requis la relaxe pour le plus observé des quatorze prévenus, Dominique Strauss-Kahn, ancien patron du FMI, ancien possible futur candidat à la présidentielle française, dont la sexualité a été disséquée, commentée, rendue publique lors de ce procès notamment.

Le procureur de la République a ainsi requis la relaxe "pure et simple" de Dominique Strauss-Kahn dont il a précisé que "sans lui, cette affaire aurait été jugée depuis bien longtemps, dans l'indifférence générale". Plusieurs parties civiles avaient d'ailleurs renoncé à réclamer des dommages et intérêt à l'ancien président du FMI.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Le procès du Carlton

Prison avec sursis et peines d'amende requises

Pour Dominique Alderweireld, alias "Dodo la saumure", deux ans d'emprisonnement dont un avec sursi ont été requis. Il est le seul pour lequel le procureur a réclamé de la prison ferme. Pour sa compagne Béatrice Legrain : trois mois d'emprisonnement avec sursis et 2500 euros d'amende.

Pour René Kojfer, ancien chargé des relations publiques de l’hôtel Carlton : 15 mois d'emprisonnement avec sursis et 2500 euros d’amende. Pour l'avocat pénaliste Emmanuel Riglaire : trois mois d'emprisonnement avec sursis et 5000 euros d'amende. Pour les deux gérant et propriétaire de l'hôtel du Carlton, Francis Henrion et Hervé Franchois : 8 mois d’emprisonnement avec sursis

Pour David Roquet et Fabrice Paszkowski, deux proches de Dominique Straus-Kahn : deux ans d'emprisonnement avec sursis et 20 000 euros d'amende. Pour le commissaire de police Jean-Christophe Lagarde : relaxe au bénéfice du doute.

L'affaire du Carlton c'est quoi? On vous explique en vidéo

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.