Au terme du procès des époux Fillon et de l’ancien député suppléant Marc Joulaud, la défense a demandé au tribunal de relaxer les trois prévenus. Pour François Fillon, Antonin Lévy a plaidé avec fougue et humour.

Pour François Fillon, Antonin Lévy a plaidé avec fougue et humour.
Pour François Fillon, Antonin Lévy a plaidé avec fougue et humour. © Maxppp / IP3 / Christophe Morin

C’est LE moment de la défense et Antonin Lévy ne veut pas en gâcher une minute. Sa plaidoirie, aux allures de one-man-show, commence par un pilonnage en règle de l’enquête des juges d’instruction. "Il n’y a pas de défense passive face à une accusation massive" dit-il. 

"Cette enquête a été folle, elle est partie dans tous les sens. 14 perquisitions. 44 personnes entendues. 106 scellés. Rendez-vous compte, on est allé jusqu’à entendre le maître tailleur de la maison Berluti"  – le fournisseur des fameux costumes offert à François Fillon par Robert Bourgi. L’avocat ironise : "On apprend qu’il faut quatre mètres de tissu pour faire un costume, ça c’est intéressant et fondamental !" Tout le monde rit, même les procureurs. 

Antonin Lévy pointe, a contrario, le manque d’empressement des juges à entendre les témoins favorables à François Fillon. "Dès qu’une personne dit que Penelope Fillon n’a pas travaillé, elle est entendue ! L’opposant historique de François Fillon, qui l’a battu neuf fois ? Entendu ! Les autres, ceux que nous avons fourni ? Rien !" 

Voilà pourquoi la défense a fourni à l’audience 41 attestations sur le travail de Penelope Fillon, que l’avocat cite abondamment. Les missions de Penelope Fillon ? Représenter son mari, traiter le courrier, l’aider pour ses discours locaux : "repas des anciens, comices agricoles, enterrements… Tous ces événements qui constituent le tissu politique de la France." 

"Non" , tonne-t-il,  "ce n’est pas le rôle social de l’épouse !". Un tacle au parquet, pour qui les activités de Penelope Fillon relèvent d’un engagement privé auprès de son mari. "Ça veut dire quoi ? Lui pondre des gosses ? C’est la bonne femme à côté de son mari banquier ? C’est une vision totalement dépassée, de la mauvaise littérature." 

Antonin Lévy exhorte le tribunal. "On a dit que vous ne pourriez que condamner, sinon, cela voudrait dire que l’élection présidentielle a été confisquée au peuple français. Il n’y a aucune raison de dire cela. Vous jugerez en droit, vous relaxerez François Fillon"

Dans le prétoire, l’ancien premier ministre esquisse un sourire. Détendu, pour une des premières fois depuis le début de son procès. 

Le jugement sera rendu le 29 juin 2020

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.