Au procès des ex-dirigeants de France Télécom pour "harcèlement moral" les premières parties civiles ont commencé à témoigner à la barre du tribunal correctionnel de Paris.

Les premières parties civiles ont commencé à témoigner à la barre du tribunal correctionnel de Paris.
Les premières parties civiles ont commencé à témoigner à la barre du tribunal correctionnel de Paris. © AFP / Photo12 / Gilles Targat

Daniel Doublet est un homme de 71 ans. Élégant, veste, cravate, cheveux gris, il est le premier ancien employé de France Télécom, partie civile au procès, à venir témoigner. Son histoire est emblématique des réorganisations qui ont bouleversé l’entreprise dans les années 2000.

Entré à France Télécom en 1975, avec le statut de fonctionnaire, il a dirigé plusieurs centres d’exploitation techniques. C’est en 2004 que tout commence à dérailler : il est démis de son poste de directeur de l’Unité réseaux en Martinique, pour cause de réorganisation. C’est avant la période des faits qui sont jugés (2007-2010), mais tout, ensuite, continue de mal en pis.

Chargé de mission, affecté à Besançon, loin de sa famille, Daniel Doublet n’a rien à faire. "Ça a duré 3 ans et demi" raconte-t-il d’une voix calme, mais émue. "Je ne sais pas si vous imaginez ce que c’est de rester si longtemps sans travail. Vous êtes connu comme celui qui ne fout rien… Toutes les semaines, je quittais ma famille à Paris, pour aller ‘ne pas travailler’ à Besançon." 

Pourtant il postule, à 32 reprises, en interne, sur des postes en région parisienne. En vain. On lui supprime la part variable de son salaire. "On me disait que j’étais un bon à rien, un parasite." Il parle des répercussions sur sa famille, sa vie sociale. "Les amis, on cesse de les voir. J’avais honte d’expliquer que je n’étais plus rien dans mon entreprise." 

Daniel Doublet n’a pas craqué, n’est pas parti, n’est pas tombé malade. "Je n’ai pas fait de dépression caractérisée. Mais j’ai été meurtri, humilié. Jusqu’à 55 ans, mes appréciations étaient bonnes. J’avais une relation de confiance avec ma hiérarchie. C’était des gens honnêtes, remplacés par des gens malhonnêtes."

Daniel Doublet a fini par retrouver un poste, de directeur de la sécurité sur le site d’Aubervilliers, où il a terminé sa carrière. "En 2010, après le départ de Monsieur Lombard" précise-t-il. Sur le banc des prévenus, l’ex PDG ne répond pas.

Le procès se poursuit jusqu'au 12 juillet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.