Le dossier Médiator
Le dossier Médiator © MaxPPP/Humberto de Oliveira

Le procès Mediator se poursuit devant le tribunal correctionnel de Nanterre. Les premiers représentants des laboratoires Servier ont été entendus ce matin.

Francis Wagniart , ancien responsable de la sécurité médicamenteuse, soit de la pharmacovigilance, pour les laboratoires Servier et Pierre Schiavi , directeur de la division scientifique de "pharmacologie et gériatrie" des laboratoires Servier ont été entendu.

Francis Wagniart, qui occupe toujours aujourd'hui un poste de conseiller au sein du groupe Servier a déclaré à l'audience:

On ne l'a pas caché, mais on ne l'a pas signalé.

Interrogé pendant plusieurs heures par les avocats des parties civiles, il a souvent botté en touché, estimant "ne pas avoir eu connaissance" de tel ou tel courrier.

Les témoins cités par les avocats des parties civiles ayant tous été entendus, les avocats des laboratoires Servier ont, une nouvelle fois, réclamé le renvoi du procès.

> Retrouvez le dossier complet

Le procès en direct

Hier à l'audience, tribunal a entendu le député socialiste Gérard Bapt. Ce cardiologue a présidé la mission d'information parlementaire sur le Mediator et la pharmacovigilance.

Le député socialiste a affirmé à la barre:

Je suis intimement convaincu qu'il y a eu dissimulation des laboratoires Servier par volonté de pouvoir commercialiser le Mediator.

Ce matin , le professeur Bernard Begaud, ancien membre de la commission nationale de pharmacovigilance et professeur de pharmacologie médicale à l'université de Bordeaux était à la barre.

Le professeur Bernard Begaud a déclaré :

Le Mediator, j'ai honte de dire ça devant les victimes, ne constituait pas l'unique préoccupation de la pharmacovigilance française.

Jacques Servier, que l'on a vu durant deux heures lors de la première après-midi d'audience, n'a pas réapparu au procès depuis. Selon ses avocats, il souffre de problèmes cardiaques.

Les autres journées d'audience:

Vendredi 24 mai: pourquoi ne pas avoir retiré le Mediator plus tôt?

Jeudi 23 mai: audition d'Irène Frachon, pneumologue qui a révélé les dangers du Mediator

Mercredi 22 mai : les premières victimes témoignent

Mardi 21 mai: bataille de procédure, le procès doit-il se tenir?

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.