La cour d'assises spéciale a rendu jeudi son verdict après cinq semaines de procès en condamnant le frère de Mohammed Merah pour association de malfaiteurs terroriste mais sans retenir sa culpabilité pour les sept assassinats perpétrés. Fettah Malki a lui aussi été condamné à 14 ans de réclusion criminelle.

Abdelkader Merah et Fettah Malki dans le box des accusés
Abdelkader Merah et Fettah Malki dans le box des accusés © AFP / Benoit PEYRUCQ

Abdelkader Merah a été condamné jeudi à 20 ans de réclusion criminelle, avec peine de sûreté des deux tiers. La cour d'assises spéciale a estimé jeudi que le frère de Mohammed Merah a participé à l'association de malfaiteurs terroriste criminelle mais elle a choisi de ne pas retenir la culpabilité pour la complicité dans les sept assassinats perpétrés par son frère en mars 2012 à Toulouse et à Montauban.

Elle a également retenu la culpabilité de Fettah Malki pour association de malfaiteurs terroriste criminelle, qui est lui condamné à 14 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté des deux tiers.

"Mohamed Merah était seul", a déclaré le président de la cour, expliquant que l'existence d'une aide ou d'une assistance n'avait pas été démontrée.

"Les juges ont résisté à la pression de l'opinion publique"

"Justice a été rendue" a réjoui Me Patrick Klugman, l'un des avocats des parties civiles après la condamnation d'Abdelkader Merah pour association de malfaiteurs terroriste. "C'est un jugement qui devrait satisfaire les parties civiles", a déclaré son confrère Simon Cohen.

Abdelkader Merah qui a été acquitté du crime de complicité d'assassinat, ce dont s'est félicité son avocat Me Dupond-Moretti sans pouvoir préciser si celui-ci va faire appel : "J'ai une pensée pour le désarroi et le chagrin des victimes injustement confrontées à un faux coupable que l'on a fabriqué pour étancher la soif de justice. Les juges, et c'est leur honneur, ont résisté à la pression de l'opinion publique." 

La défense s'est au contraire dite "déçue" de la condamnation de Fettah Malki, que ses avocats désignent comme "un délinquant", pas comme un terroriste. Fettah Malki devrait faire appel de sa condamnation.

Fettah Malki : "Je m’en voudrais tout le temps"

Abdelkader Merah et Fettah Malki qui avaient, ce jeudi matin, prononcé leurs derniers mots avant que la cour ne se retire pour délibérer et répondre aux 82 questions posées.

Premier à parler, Fettah Malki avait exprimé son profond regret et une vive émotion : "à aucun instant, je n’ai pu imaginer que Mohamed allait commettre de telles atrocités, je m’en voudrais tout le temps" a-t-il notamment adressé aux familles des victimes, tout en s'indignant d'avoir été traité "comme un tueur d'enfants".

Des derniers mots qui ont fortement tranché avec ceux d'Abdelkader Merah. Le frère de Mohammed n'a prononcé qu'une seule phrase où il affirme n'avoir "rien à voir avec les assassinats commis par [s]on frère".

Dans son réquisitoire lundi, l'avocate générale, Me Naïma Rudloff avait réclamé les peines maximales : contre Abdelkader Merah, elle a requis la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans et contre Fettah Malki, 20 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté des deux-tiers.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.