Une semaine après Charlie Hebdo,
Une semaine après Charlie Hebdo, © MaxPPP

Ce matin s'ouvre à Bruxelles le procès de la cellule de Verviers. Cette cellule djihadiste a été démantelée en janvier 2015, une semaine après les attentats de Charlie Hebdo et de l'HyperCacher alors qu'elle s'apprêtait vraisemblablement à mener une attaque le lendemain contre des commissariats, dont celui de Molenbeek. 16 prévenus sont renvoyés devant le tribunal correctionnel de Bruxelles, mais seuls sept d'entre eux devraient être présents à l'audience. Les autres sont en fuite, probablement en Syrie, peut-être même morts .

Les images avaient tourné en boucle. Un assaut violent, à la nuit tombée, dans une maison en brique de la commune de Verviers : deux personnes tuées, une troisième arrêtée ... et une série d'interpellations dans les jours qui suivent. La cellule de Verviers venait d'être démantelée, expliquait-on alors, sans pour autant prendre la mesure de ce qu'elle représentait : la cellule souche de ce que seront, quelques mois plus tard, les attentats de Paris et Bruxelles.

Un même leader

Et cela commence avec le leader de cette cellule : Abdelhamid Abaaoud celui qu'on verra réapparaître ensuite comme coordonateur du 13 novembre. A l'époque il pilote la cellule depuis la Grèce et échappe de justesse à son arrestation. Il profitera de sa fuite pour créer la nouvelle cellule des attentats du 13 novembre.

► ► ► INFOGRAPHIE | Les filières djihadistes au coeur des attentats

Des contacts en commun avec le 13 novembre

Les commandos du 13 novembre, qui ont également des contacts communs avec Verviers. Dans la poche d'un des kamikazes du stade de France : un numéro de portable. Ce même numéro algérien est retrouvé dans le téléphone d'un des membres de la cellule de Verviers.

Un aéroport ciblé

Et puis surtout, il y a le mode opératoire : au moment du démantèlement de la cellule de Verviers, les enquêteurs de retrouvent l'ordinateur d'Abdelhamid Abaaoud. A l'intérieur : les plans d'attaque d'un aéroport ... sur le même schéma que les attentats de Zaventem.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.