Stèle en hommage aux 29 victimes de Xynthia
Stèle en hommage aux 29 victimes de Xynthia © Radio France / Corinne Audouin

Dernier jour de procès autour de la tempête Xynthia, qui a fait 29 morts dans la seule commune de la Faute-sur-Mer en 2010 (47 morts au total). L'ancien maire de la commune risque trois ans de prison ferme, c'est en tout cas ce qu'a réclamé le procureur. Ses trois avocats ont plaidé ce vendredi pour le défendre...

René Marratier, l'ancien maire de la Faute-sur-Mer, est poursuivi avec trois autres prévenus pour "homicides involontaires". Le soir de la tempête, 29 personnes étaient mortes noyées dans leur maison. Un drame qui selon l'accusation puise ses racines dans la négligence du maire, qui a ignoré ses obligations de sécurité et même freiné l'application d'un plan de prévention des risques.

Des fautes qui selon le procureur de la République constitue un homicide involontaire : le parquet a requis une peine de trois ans de prison ferme contre René Marratier, qui fait figure de principal prévenu depuis le début du procès aux Sables d'Olonne.

René Marratier, principal accusé

C'est d'ailleurs le seul qui intéresssait visiblement le président du tribunal, qui l'a interrogé longuement, à plusieurs reprises, quand les autres n'ont eu droit qu'à quelques heures d'audition : René Marratier et son comportement autiste face au risque, René Marratier insensible à la douleur des victimes, René Marratier qui aurait urbanisé sa commune à tout va pour se faire réélire...

► ► ► Corinne Audouin est notre envoyée spéciale aux Sables d'Olonne. Suivez son livetweet sur FranceInter.fr

Aux termes de quatre semaines de débat, le portrait est chargé, et justifiie les trois ans de prison ferme demandés par le procureur. Mais pour son avocat, Didier Seban, cela ne correspond pas à la réalité de ce qui lui est reproché.

La partie ne sera pas facile, face à un tribunal en apparence hostile et aux 120 parties civiles, mais les défenseurs de René Marratier demandent qu'on le juge non pas pour l'exemple, mais pour ses seules responsabilités. Car le procès a aussi démontré des défaillances dans les services de l'État.

Le jugement sera rendu le 12 décembre.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.