Dans un dossier spécial, l'Humanité avance que 26 personnes sont décédées en 2019 suite à des "violences policières". Problème : Mickaël Harpon, l'homme qui a tué quatre fonctionnaires à la préfecture de police de Paris le 3 octobre avant d'être abattu par les forces de l'ordre, fait partie des 26.

"Stop à l'impunité" titre le numéro 22860 de l'Humanité, daté du 31 janvier, samedi 1er et dimanche 2 février 2020.
"Stop à l'impunité" titre le numéro 22860 de l'Humanité, daté du 31 janvier, samedi 1er et dimanche 2 février 2020. © Radio France / Xavier Demagny

Le dossier occupe quasiment toute la Une du journal L'Humanité en date du 31 janvier, 1er et 2 février 2020. "Violences policières, 26 morts en 2019, stop à l'impunité", est le titre de Une. "Des familles de victimes lancent un appel inédit", est-il précisé. À l'intérieur, le quotidien consacre cinq pages à ce bilan annuel sur les violences policières : "L'Humanité publie en exclusivité un appel inédit" pour "dénoncer l'impunité des brutalités policières qui auraient causé 26 morts en 2019". L'Huma appelle à marcher contre les violences policières le 14 mars à Paris.

L'appel intitulé "Laissez nous respirer ! Appel des familles contre l'impunité des violences policières pour l'interdiction des techniques d'immobilisation mortelles et des armes de guerre en maintien de l'ordre" est signé par Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, Omar Sy, acteur, Danièle Obono, députée FI, la Ligue des droits de l'homme, etc.

La "une" de l'Huma ce numéro consacré aux "violences policières".
La "une" de l'Huma ce numéro consacré aux "violences policières". / L'Humanité

Qui sont ces 26 morts ?

Dans son dossier de cinq pages, le journal revient sur son bilan des victimes de violences policières : "Pour la seule année 2019, pas moins de 26 personnes ont perdu la vie après une intervention policière". Pour dresser cette comptabilité, L'Huma s'appuie sur le travail de recensement du média en ligne Bastamag, un site d'info engagé à gauche.

L'Huma nomme une petite vingtaine de ces victimes sans détailler systématiquement les circonstances de leurs morts. "Aboubacar Abdou, 31 ans, Abdelhakim Ajimi, 22 ans, Ricardo Barrientes, 52 ans" ou encore "Cédric Chouviat", un livreur de 42 ans décédé à Paris après son interpellation par des policiers. Pour retrouver la liste exhaustive des 26 personnes "mortes à cause des violences policières" évoqué par L'Huma, il faut aller sur le site de Bastamag. Ce dernier a mis en ligne une base de données sur les personnes "mortes à la suite d'interventions policières ou du fait d'un agent des forces de l'ordre".

C'est là qu'on retrouve nommément, à la date du 3 octobre 2019, "Mickaël Harpon". "Armé d'un couteau, Mickaël Harpon, un agent de la préfecture de Paris poignarde et tue quatre de ses collègues policiers dans l'enceinte du bâtiment. Un jeune policier se retrouve face à l'assaillant. Malgré les sommations, Mickaël Harpon s'avance vers lui avec le couteau. Le policier ouvre le feu à deux reprises et le tue", écrit le site. Le nom de l'informaticien n'apparaît pas dans le dossier de L'Huma.

Pour obtenir le chiffre de 26 tués, L'Huma s'est appuyé sur le travail de recensement de Bastamag qui, comme le montre cette capture d'écran de leur site internet, inclus le nom de Mickaël Harpon.
Pour obtenir le chiffre de 26 tués, L'Huma s'est appuyé sur le travail de recensement de Bastamag qui, comme le montre cette capture d'écran de leur site internet, inclus le nom de Mickaël Harpon. / Capture d'écran

"C'est n'importe quoi"

Du côté de l'Huma, on ne cache pas sa gêne. "Je ne suis pas au courant mais si c'est vrai, c'est n'importe quoi", réagit la rédactrice en chef Maud Vergnol. Contactée par France Inter, la journaliste qui a supervisé le dossier affirme qu'elle ne savait pas que Mickaël Harpon faisait partie des 26 recensés comme victimes des "violences policières". 

"Des familles de victimes de violences policières m'ont contactée pour publier l'appel. La plupart de ces victimes étaient issues des quartiers populaires, c'était ça l'esprit de l'appel". Pour le chiffre, "je me suis appuyée sur les infos que j'avais et sur le recensement de Bastamag", avance la journaliste qui signe le dossier.

"Erreur"

À la rédaction de Bastamag, on s'étonne du traitement réservé par l'Huma. "Ils ont mal interprété le chiffre", nous dit Ivan du-Roy, rédacteur en chef. "Il ne s'agit pas de 26 morts victimes de violences policières, c'est une erreur de présenter des choses de cette manière". Pour arriver à 26 morts, le site a compilé toutes les personnes "décédées dans le cadre d'une intervention policière". Mais chaque cas est documenté et remis en contexte. En 2015, les frères Kouachi étaient ainsi aussi apparus dans le décompte de Bastamag.

Selon nos informations, un collectif appelé à signer l'appel de L'Huma, a refusé d’apposer son nom parce que Mickaël Harpon fait partie du recensement sur lequel s'appuie le journal. Ce collectif ne voulait pas "mettre sur le même plan" victimes de violences policières et "terroristes tués par la police".

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.