Un militant associatif est convoqué cet après-midi, à 13 heures 30, devant le tribunal correctionnel du Havre pour avoir établi une fausse attestation d'hébergement. Ce militant de la Croix-Rouge voulait aider une personne étrangère, malade et soigné dans la ville. Le "délit de solidarité" a pourtant été abrogé mais le retraité est poursuivi pour "fausse déclaration par personne physique".

Maud Czaja l'a rencontré pour France Inter

Leopold Jacques
Leopold Jacques © Maud Czaja / Maud Czaja

Léopold Jacquens, retraité et bénévole depuis plus de quarante ans, qui a établi le faux document, encourt une peine d'un an de prison et 15 000 euros d'amende.

Le délit de solidarité a été aboli le 31 décembre 2012.

La police est venue chez moi pour me convoquer.

Pour déposer une demande de titre de séjour, l'autorité préfectorale exige la production d'une attestation d'hébergement.La présidente de Ligue des Droits de l'Homme, Marie-Hélène Boileau

C'est un homme intègre.

__

A l’audience aujourd’hui, Léopold Jacquens pourra compter sur de nombreux soutiens, le syndicat de la magistrature, mais aussi Monseigneur Gaillot qui fera le déplacement.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.