Alors que s'est ouvert à Bruxelles le procès de Salah Abdeslam pour la tuerie de Forest, le dossier des attentats du 13 novembre, dont il est le seul survivant des commandos, est toujours à l'instruction.

Le procès des attentats du 13 novembre pourrait se tenir en 2020 ou 2021.
Le procès des attentats du 13 novembre pourrait se tenir en 2020 ou 2021. © Radio France / Matthieu Boucheron pour France Inter

Pour l'instant, le dossier des attentats du 13 novembre est encore à l'instruction. Mais il compte déjà 120 tomes de procédure, plus de 35 000 cotes, autour de 2 000 parties civiles et neuf mis en examen – Salah Abdeslam, les deux amis qui sont venus le récupérer dans la nuit du 13 novembre, un troisième qu'il retrouve en arrivant à Bruxelles ; le faussaire qui a fabriqué les pièces d'identité des terroristes, deux hommes interpellés en Autriche avant d'avoir pu rejoindre les commandos ainsi que Mohamed Bakkali. Ce dernier a été remis par les autorités belges il y a une dizaine de jours.   

Désormais, les six juges d'instructions en charge du dossier ont une idée assez précise du rôle de chacun, depuis les préparatifs des attaques jusqu'à leur exécution. On sait comment les commandos sont arrivés en Europe, guidés depuis la Syrie par un premier homme, envoyé en éclaireur sur la route des migrants. On sait comment ils ont été récupérés en Autriche ou en Hongrie par Salah Abdeslam, au rôle de convoyeur, pris en charge à Bruxelles, dispatchés dans les différentes planques, dont l'une sert d'atelier à la fabrication des ceintures explosives.   

Viendront ensuite le départ du convoi à destination de Paris et les attaques des commandos, dont on sait aussi, désormais – et c'est un des derniers éléments de l'enquête que nous vous révélions il y a peu – que Salah Abdeslam devait être un membre actif, mais sa ceinture explosive, défectueuse, l'en a empêché.

A ce stade, les juges espèrent clôturer l'instruction au printemps 2019 pour un procès en 2020 ou 2021.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.