Xavier Dupont de Ligonnès
Xavier Dupont de Ligonnès © PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Franck Dubray / PHOTOPQR/OUEST FRANCE/Franck Dubray

Le 21 avril 2011, on retrouvait les corps sans vie d'Agnès, Arthur, Thomas, Anne et Benoît... enterrés sous la terrasse de la maison familiale à Nantes. Depuis le père, Xavier Dupont de Ligonnès, est le suspect numéro un, et manque toujours à l'appel. Les signalements se multiplient, 800 depuis le début de l'affaire, mais à chaque fois ce sont de fausses pistes.

La dernière fois que Xavier Dupont de Ligonnès a été signalé remonte à février dans un train, en Gironde, à Soulac-sur-Mer. Des fausses pistes comme celle-ci, en 2014, il y en a eu 12 dont quatre à l'étranger. Tant qu'il y a des actes, le dossier reste ouvert. Les enquêteurs n'écartent pas la piste du suicide mais continuent de travailler comme si Xavier Dupont de Ligonnès était toujours en vie.

Une source proche de l'enquête compare ce dossier à l'affaire du docteur Godard pour laquelle un non lieu a été rendu 12 années après la disparition du médecin, de son épouse et de leurs deux enfants. Elle le compare aussi à l'affaire Alexandre Jinca, un adolescent de Pau, aux ossements retrouvés dans un cours d'eau. L'assassin avait été confondu au bout de trois années. On a aussi en tête l'affaire américaine, John List, arrêté après la diffusion à la télé de son portrait robot. 18 années après avoir tué sa mère, son épouse, et ses trois enfants.

► ► ► COMPRENDRE | L'affaire Dupont de Ligonnès

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.