gérard dalongeville accuse le ps à son procès
gérard dalongeville accuse le ps à son procès © reuters

L'ancien maire d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, a été condamné, par le tribunal correctionnel de Béthune, à trois ans de prison ferme et un avec sursis pour détournements de fonds publics et corruption passive. Il a également été condamné à cinq ans d'inéligibilité et à 50.000 euros d'amende.

Les dix-huit autres prévenus ont été condamnés à des peines allant de deux mois de prison avec sursis à un an d'emprisonnement ferme.

Gérard Dalongeville, 42 ans, qui a effectué près de neuf mois de détention provisoire, a annoncé qu'il fera appel de ce jugement, qui est suspensif.

Lors d'un point de presse avec son avocat, Me Francis Terquem, Gérard Dalongeville s'est à nouveau pose en victime et a crié au complot.

Gérard Dalongeville

L'ancien maire d'Hénin-Beaumont a promis des révélations sur la fédération PS du Pas de Calais et même sur la Mairie d'Hénin dès le mois de septembre.__ Gérard Dalongevillea annoncé qu'il sera candidat aux prochaines municipales de 2014.

Les explications de Raphaëla Biry-Vicente

En juin dernier, l'ancien maire Gérard Dalongeville et 20 autres prévenus avaient été jugés pendant trois semaines pour expliquer comment ils ont vidé les caisses municipales entre 2006 et 2009. Le tribunal a requalifié certains faits et l'a relaxé pour d'autres.

A l'issue du procès, le procureur avait demandé quatre ans de prison dont deux avec sursis et 50.000 euros d'amende contre l'ancien maire. La condamnation de Gérard Dalongeville est donc au délà des réquisitions.

Retour sur cette affaire

Le procès Dalongeville, c'est le procès d'un maire qui dépense n'importe comment : 1 200 000 euros sur trois ans simplement pour surveiller un terril ou encore l'achat pour 50 fois son prix, d'embouts de thermomètres pour enfants. Il est soupàonné d'voir mis en place avec Claude Chopin, son ancien premier adjoint chargé des finances, et l'homme d'affaires Guy Mollet, un système de fausses factures entre 2006 et avril 2009,au bénéfice d'entreprises qui financaient sa campagne municipale. Quand la justice commence à mettre son nez dans ses affaires, sa ligne de défense est claire : ce n'est pas lui, c'est la fédération PS du Pas-de-Calais. A son procès en juin dernier, il regrette l'absence de témoignage de François HollandeLe PS est sorti éclaboussé de cette affaire.

Fin juin, le parquet de Lille a ouvert une information judiciaire pour faits de corruption et d'abus de biens sociaux contre la fédération socialiste du Pas-de-Calais.

Gérard Dalongeville a été élu maire divers gauche d'Hénin-Beaumont en 2001 en délogeant le maire socialiste. Il avait été exclu une première fois du parti, pour candidature dissidente à la mairie en 2001, puis réintégré après sa réélection en 2008 face à Marine Le Pen. Mis en examen en avril 2009, il avait été révoqué de son mandat de maire et à nouveau exclu du PS.

Le Parti socialiste s'est "félicité" de la décision rendue lundi par la justice. "La justice a travaillé en toute indépendance, nous nous félicitons de sa décision", a déclaré David Assouline, qui a rappelé que Gérard Dalongeville n'est plus membre du PS dont "il a été exclu il y a de nombreuses années", a-t-il ajouté.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.