DIRECT - L'assaut a été donné quasi-simultanément à Dammartin-en-Goele et porte de Vincennes, à Paris. Quatre otages ont été tués dans un supermarché cacher. Les preneurs d'otages ont tous les trois été tués dans l'opération.

"Tous les moyens sont mis en oeuvre pour appréhender les suspects", a dit le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve. Il a ajouté que des opérations lourdes de police étaient en cours dans la région de Villers-Cotterêts (Aisne), à 80 km au nord-est de Paris, pour appréhender les frères Chérif et Saïd Kouachi, dont la présence sur place a été signalée par des témoins (quelque 90 d'entre eux ont été entendus). Le dispositif a été allégé en fin de soirée et les fouilles dans la forêt ont été arrêtées.

Neuf personnes en garde à vue

Neuf personnes ont été placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur l'attentat qui a fait douze morts mercredi, dont deux policiers, une attaque sans précédent en France et qualifiée de "terroriste" par François Hollande. L'une des personnes en garde à vue est un homme de 18 ans, Hamyd Mourad, qui s'est présenté de lui-même mercredi soir au commissariat de Charleville-Mézières, dans les Ardennes.

► ► ► LIRE AUSSI | Charlie Hebdo, victime de la folie meurtrière

Selon une source judiciaire, il est lié à l'un des deux principaux suspects de la fusillade de Charlie Hebdo mais sa présence sur les lieux de la tuerie de Paris mercredi serait impossible, dans la mesure où il aurait été en classe. Les huit autres personnes en garde à vue sont des proches ou des membres de l'entourage des frères Kouachi.

Les frères Kouachi connus des services antiterroristes

Les frères Kouachi sont originaires du 19e arrondissement de Paris et l'un d'eux, le plus jeune, a déjà purgé une peine de quatre ans de prison après avoir tenté de gagner l'Irak en 2005 pour y rejoindre des combattants islamistes.

► ►► LIRE AUSSI | Laurence Bloch : "Nous ne laisserons pas le silence s'installer"

Selon Bernard Cazeneuve, aucun élément permettant des poursuites judiciaires n'avait été relevé à leur rencontre au moment de leur passage à l'acte supposé. Il a confirmé que la carte d'identité de Saïd Kouachi avait été retrouvée dans la Citroën C3 que les suspects ont abandonnée dans leur fuite près de la porte de Pantin à Paris, quelques dizaines de minutes après la tuerie de Charlie Hebdo.

Saïd Kouachi a été "formellement reconnu" sur une photo comme étant l'un des auteurs de l'attentat, a ajouté Bernard Cazeneuve, qui a fait état de "lourdes opérations de police scientifique et technique" ainsi que de vérifications téléphoniques et sur internet pour retrouver les suspects.

Le plan Vigipirate étendu à la Picardie

La traque s'est concentrée jeudi dans une zone entre Crépy-en-Valois (Oise) et Villers-Cotterêts (Aisne). Un pompiste de l'Aisne a dit avoir aperçu les suspects en fin de matinée dans une Renault Clio grise, le même modèle que celui volé par les suspects mercredi à Paris.

Dans ce contexte, le relèvement du niveau d'alerte du plan Vigipirate, qui concernait depuis mercredi la seule région Ile-de-France, a été étendu à la région Picardie. Au ministère de l'Intérieur, on soulignait toutefois qu'il n'y avait "pas de localisation" des suspects, ajoutant que, contrairement à ce qu'affirmaient certains médias, la voiture des suspects n'avait pas été retrouvée dans la région.

La traque se poursuit.
La traque se poursuit. © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.