Historiquement, avons-nous déjà eu des groupuscules aussi dangereux ? Ai-je encore le droit de prétendre à un avenir ou le mien croulera sous les bombes ?

Il y a tout juste un an, Manuel Valls déclarait :

Jamais le risque terroriste n'a été aussi grand. Ce qui nous inquiète, ce sont les phénomènes de très grande radicalisation, très rapide.

En réalité, avant les attaques de Charlie Hebdo et de l'Hypercacher, la France avait déjà connu des attaques terroristes.

En 1982 et 1983 , les attentats perpétrés par le terroriste Carlos se succèdent : l'attentat du Capitole-Paris-Toulouse fait cinq morts le 29 mars 1982; le 22 avril 1982, une deuxième bombe fait trois morts et 66 blessés dans la rue Marbeuf, à Paris; le 31 décembre 1982 Carlos pose une nouvelle bombe dans le TGV Marseille-Paris, elle explose à hauteur de Tain-L'Hermitage et fait trois morts. Le 9 août 1982, des hommes masqués pénètrent dans le restaurant Goldenberg de la rue des Rosier, ils font six morts et 22 blessés.

En 1985 et 1986 , la France connaît une nouvelle vague d'attentats perpétrés par le groupe islamique armé (GIA). Les islamistes algériens qui sévissent à nouveau en 1995 en posant diverses bombes à Paris. L'une d'elle, dans le RER B fait huit morts et des dizaines de blessés à la station Saint-Michel.

En 2012 , Mohammed Merah fait huit morts à Toulouse et Montauban.

► ► ► INFOGRAPHIE | Les filières djihadistes au coeur des attentats

Difficile donc de dire si les groupuscules terroristes sont plus dangereux aujourd'hui qu'hier.

Seule certitude : la nature des attaques a changé. Jusqu'à présent, il s'agissait essentiellement d'attentats à l'explosif. Une fois la bombe posée, les poseurs de bombe prenaient la fuite. Amedy Coulibaly, les frères Kouachi étaient, eux, prêts à mourir les armes à la main. Quant aux terroristes du 13 novembre, la plupart étaient tout simplement des kamikazes.

► ► ► TOUTES LES QUESTIONS | Terrorisme : vos questions, les réponses de nos spécialistes

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.