La justice française et la justice belge devront poursuivre leur collaboration.
La justice française et la justice belge devront poursuivre leur collaboration. © MaxPPP

Salah Abdeslam a été arrêté ce vendredi à Molenbeek après la découverte de ses empreintes dans la planque perquisitionnée mardi à Forest. Salah Abdeslam était l'homme le plus recherché d'Europe, il était le nom le plus connu des attentats du 13 novembre mais il n'était ni le seul, ni le dernier en fuite.

Probablement qu'un simple exécutant

S'il a été qualifié d'homme le plus recherché d'Europe, c'est parce qu'il était le seul des terroristes présents à Paris encore en vie. Mais si Salah Abdeslam a bien réservé la planque d'Alfortville pour les terroristes du Bataclan, acheté les détonateurs des ceintures explosives, loué les voitures ou encore sillonné l'Europe pour rassembler les équipes du 13 novembre, il n'était probablement qu'un simple exécutant.

Sans nouvelle de Mohamed Abrini

D'autres acteurs du 13 novembre manquent encore à l'appel. Depuis vendredi, on sait que Mohamed Belkaïd, tué lors de l'intervention de la police à Forest, est celui qui a coordonné en temps réel, par téléphone depuis Bruxelles, les commandos de terroristes. Mais on est toujours sans nouvelle de Mohamed Abrini, l'homme aux cotés Salah Abdeslam dans les préparatifs et jusque dans les voitures qui ont amené les terroristes à Paris. On est sans nouvelles non plus des frères Clain, auteurs de la vidéo de revendication.

Cerveaux supposés vraisemblablement en Syrie

Mais surtout, les cerveaux supposés de ces attentats sont quant à eux, très vraisemblablement en Syrie sur les terres contrôlées par l'organisation état islamique. Les enquêteurs devront donc tenter d'obtenir le maximum d'informations de Salah Abdeslam et des onze personnes déjà mises en examen en Belgique. En France, deux personnes sont également mises en examen pour avoir aidé deux terroristes dont Abaaoud, à se cacher à Saint-Denis où ils ont été tués le 18 novembre dernier.

La procédure

Après une garde à vue et une inculpation pour les faits commis en Belgique, les autorités belges devraient remettre Salah Abdeslam à la France en application du mandat d'arrêt européen émis contre lui. Cette procédure peut prendre quelques semaines. Le procès, devant une cour d'assises spéciale, ne se tiendra pas avant plusieurs années, le temps de boucler l'instruction. Le temps aussi de décider si les comparses de cavale notamment de Salah Abdeslam seront jugés avec lui en France ou séparément en Belgique.

►►►INFOGRAPHIE | Les terroristes du 13 novembre et leurs complices

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.