Le suspect de l'attentat contre une usine chimique en Isère a été arrêté et identifié. Selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, Yassin Salhi a été "en lien avec la mouvance salafiste."

Le jeune homme, marié avec trois enfants, habite Saint-Priest dans la banlieue lyonnaise. Il a fait l'objet d'une fiche pour radicalisation, non renouvelée en 2008. Il est actuellement en garde-à-vue mais reste silencieux.

Yassin Salhi a décapité son patron, un homme, qui serait âgé d'environ 50 ans. Il dirigeait une entreprise de transport disposant d'une habilitation pour entrer sur le site de la société américaine Air Products de Saint-Quentin-Fallavie où l'attaque a eu lieu. Sa tête a été retrouvée sur un grillage, son corps dans l'usine. Le véhicule a fait irruption sur le site de l'usine de gaz un peu avant 10 heures avant de percuter des bombonnes de gaz. C'est la première personne décapitée en France lors d'une attaque terroriste , une pratique fréquemment utilisée en Syrie et en Irak par le groupe État islamique.

Un suspect repéré qui n'a pas inquiété

Les précisions de Jean-Philippe Deniau sur le profil du suspect

56 sec

Yassin Salhi s'est radicalisé depuis plus de dix ans

► ► ► LIRE | Attentat en Isère : le rappel des faits

C'est le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve qui a donné son nom lors d'un point presse devant l'usine Airproducts. Il a précisé que l'homme de 35 ans n'avait pas de casier judiciaire.

Mais c'est lors de la conférence de presse du procureur de la République François Molins (qui n'a donné, lui, que son prénom) qu'on en a appris un peu plus sur le profil du suspect. Entre 2006, il avait été fiché par les services de renseignement pour "radicalisation". Il avait de nouveau été repéré entre 2011 et 2014 pour des liens avec la mouvance salafiste lyonnaise , mais sans aucun passage à l'acte : son casier a toujours été vierge jusqu'ici.

Yassine Salhi est en garde à vue, tout comme trois autres membres de son entoutagre (sa femme, sa soeur, et un deuxième homme). L'auteur présumé de l'attaque a été arrêté sur les lieux par un pompier, à la suite d'une explosion.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.