Rémi fraisse hommage
Rémi fraisse hommage © Radio France

Des centaines de personnes ont rendu hommage au militant écologiste tué il y a précisément un an sur le site du barrage controversé de Sivens, lors d'affrontements avec la police. Depuis, le projet a été gelé et l'enquête est toujours en cours.

La manifestation prévue sur le lieu du drame avait été interdite... Mais ce sont finalement les gendarmes eux-mêmes qui ont escorté les marcheurs sur place. "Je vous propose d'y aller dans les meilleurs conditions de sécurité", avait lancé le secrétaire général de la préfecture Laurent Gandra-Moreno à des manifestants d'abord hostiles. "Nous ne l'empêcherons pas".

Sur place, les militants écologistes ont parcouru à pied les quelques centaines de mètres jusqu'à la grande sculpture érigée en début de semaine.

"Rémi attend dans une boîte"

La mère de Rémi Fraisse a tenu à être présente. Elle n'a pas prononcé de discours mais a dit à nos confrères de France Culture son indignation, après un an sans savoir.

Le reportage de Frédéric Bourgade

Rémi n'est ni enterré ni incinéré. Il attend dans une boîte, un HLM de cercueils, parce qu'il peut toujours y avoir des expertises supplémentaires.

Pour arriver à faire le deuil de cet enfant que nous avons tant aimé, il va falloir faire le deuil de ce prénom et de ce nom qui ne nous appartiennent plus.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Un an après, l'enquête n'a toujours pas abouti

En parallèle, une autre manifestation a eu lieu à Plaisance de Touche, près de Toulouse, où vivait le jeune homme. Son père a tenu lui à réclamer à nouveau la fin de l'utilisation d'armes offensives par les forces de l'ordre.

J'ai fait un rêve, Rémi. Plus jamais la France ne mutilera avec des grenades offensives .

Un souhait exprimé notamment face à l'ancienne ministre Cécile Duflot, présente dans le cortège.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.