Hommages aux victimes après les attentats de Bruxelles
Hommages aux victimes après les attentats de Bruxelles © MaxPPP / Alexandre Marchi

Perquisitions, interpellations et gardes à vue se multiplient une semaine après les attentats de Bruxelles. De nouvelles cellules apparaissent. Mais Fayçal C., suspecté d'être "l'homme au chapeau", a finalement été relâché.

Près d’une semaine après les attentats de Bruxelles, le rythme des perquisitions, interpellations et gardes à vue reste soutenu, et l’enquête prouve, s’il en était besoin, les ramifications européennes des réseaux terroristes. Les enquêteurs continuent de dérouler la pelote djihadiste.

L'enquête sur les attentats-suicides menés le 22 mars dans la capitale belge avait rapidement progressé. Trois kamikazes sont formellement identifiés : Ibrahim El Bakraoui et Najim Laachraoui à l'aéroport de Zaventem, et Khalid El Bakraoui dans le métro. Selon un dernier bilan fourni ce lundi, leurs bombes ont fait 35 morts et 340 blessés .

Il est désormais établi que ce réseau est directement lié aux attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis.

"L'homme au chapeau" garde son mystère

Après ces premières identifications, la police s'est concentrée sur la traque du 3ème assaillant vu sur les images de vidéosurveillance à l'aéroport international de Bruxelles. Elle pensait l'avoir trouvé en la personne de Fayçal C., journaliste militant de 30 ans arrêté ce jeudi. Après quatre jours de détention, il a pourtant été relâché sans conditions, "faute de preuves ". Le chauffeur de taxi qui avait déposé les terroristes à l'aéroport avait cru le reconnaître, à tort, donc. Fayçal C. reste mis en examen le temps que la procédure suive son cours. Afin de tenter de retrouver cet "homme au chapeau", la police belge a décidé de diffuser ce lundi midi la vidéo des caméras de l’aéroport.

Les précisions de Quentin Dickinson, notre correspondant à Bruxelles.

Par ailleurs, treize perquisitions ont été menées ce dimanche à Bruxelles, mais aussi Malines et Duffel, deux villes flamandes situées dans le nord du pays. Le parquet fédéral belge a annoncé ce lundi que trois nouvelles personnes avaient été inculpées pour "participation aux activités d’un groupe terroriste " et écrouées, sans toutefois faire de lien direct avec les attaques du 22 mars.

Enfin, en Italie, un Algérien de 40 ans Djamal Eddine O., a été arrêté samedi à la demande de la justice belge. Il est soupçonné de fabrication de "faux documents d’identité ayant été utilisés par certains des auteurs présumés des attentats de Paris et probablement aussi par Salah Abdeslam ". Le suspect ne collabore pas avec les enquêteurs.

L’enquête sur la "deuxième cellule" djihadiste

Les attentats de Bruxelles a redonné un coup d'accélérateur à la traque des djihadistes. Jeudi, les enquêteurs français ont ainsi arrêté Reda K., principal suspect dans l’enquête sur un attentat déjoué en France. Ce lundi, sa garde à vue a été prolongée de 24 heures, une mesure exceptionnelle prise par un juge spécialisé, car dans une enquête antiterroriste, les gardes à vue sont limitées à quatre jours, sauf en cas de danger terroriste imminent, ou pour des nécessités de coopération internationale.

Ce dimanche, dans un quartier tranquille deRotterdam Ouest, un Français de 32 ans a été appréhendé par les forces spéciales néerlandaises, à la demande des autorités judiciaires françaises. Anis B. est soupçonné de lien avec Reda Kriket : son numéro apparaissait dans un téléphone saisi. Au logement néerlandais d'Anis B., les policiers ont retrouvé des stocks de munition mais pas d’armes, des ordinateurs, des clefs USB, des téléphones portables, des cartes SIM, es stupéfiant et une importante somme d’argent. La procédure d’extradition vers la France est en cours. Elle peut prendre entre 8 jours et un mois selon que le suspect s’y oppose ou non.

Cette cellule, en l'état actuel des investigations, apparaît comme distincte de celle des attentats de Paris et Bruxelles , même si tous appartenaient à la même filière d'acheminement vers la Syrie, déjà en partie démantelée depuis deux ans.

"Reconstituer la galaxie djihadiste en Europe" : les précisions d'Emmanuel Leclère, du service enquête de France Inter.

Les trois kamikazes identifiés des attentats de Bruxelles
Les trois kamikazes identifiés des attentats de Bruxelles © Radio France / idé
Les attentats de Paris
Les attentats de Paris © Radio France / idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.