Parmi les mesures importantes annoncées pour réduire la mortalité routière, le gouvernement envisage de retirer temporairement le permis aux conducteurs qui utiliseraient leurs téléphones portables en conduisant en cas d'infraction.

Le téléphone au volant provoque un mort sur dix sur les routes.
Le téléphone au volant provoque un mort sur dix sur les routes. © AFP / Philippe Clément

Édouard Philippe a annoncé 18 mesures à la sortie d'un Conseil interministériel de sécurité routière (CISR) qui s'est tenu à Matignon.  Ce plan vise à faire reculer le nombre de morts sur les routes, reparti à la hausse en 2016. La France n'avait pas connu de hausse aussi durable depuis 1972.  Le Premier ministre a annoncé plusieurs objectifs : "faire baisser la vitesse sur les routes", "lutter contre l'alcool et la consommation de produits stupéfiants" et "l'utilisation de téléphones portables au volant", et "renforcer la sécurité des piétons".

Parmi les mesures phare, celle concernant le portable au volant. Désormais, les forces de l'ordre pourront  retenir le permis de conduire d'une personne avec téléphone portable quand elle a commis en même temps une autre infraction, comme l'a annoncé Édouard Philippe. Provoquant un accident mortel sur dix en 2016, le téléphone au volant est "un élément de risque considérable supplémentaire", a expliqué le chef du gouvernement.

En France, il est interdit d'utiliser son téléphone portable en conduisant et depuis le 1er juillet 2015, le kit mains-libres est également interdit. L'utilisation du téléphone portable au volant est la quatrième cause de mortalité sur les routes.

Actuellement "l’usage d’un téléphone tenu en main par le conducteur d’un véhicule en circulation" est passible du retrait de trois points sur votre permis et de 135 euros d'amende. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.