Les enquêteurs continuent d'interroger le cousin d'Abdel Malik Petitjean et de faire parler les téléphones et ordinateurs saisis aux domiciles des deux auteurs de l'attaque

Sous-direction antiterroriste (SDAT), à Levallois-Perret
Sous-direction antiterroriste (SDAT), à Levallois-Perret © Maxppp / Frédéric Dugit

Les téléphones deux hommes, qui vivaient à 700 kilomètres l'un de l'autre, ont "borné" dès le 23 juillet, trois jours avant l'attentat, à Saint-Etienne-du-Rouvray, "aux mêmes endroits", notamment dans la zone du domicile de Kermiche. Les deux terroristes de Saint-Etienne-du-Rouvray ne se sont connus que quatre jours avant l’attentat, via l’application Telegram.

Les suites de l’enquête sur l’attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray. Deux gardes à vue se sont terminées vendredi et samedi. Celles de deux hommes de 16 et 19 ans sans lien direct avec l’attentat. Une troisième a pris fin dimanche, celle d’un réfugié syrien arrêté dans l’Allier, dont la photocopie du passeport avait été retrouvée chez Adel Kermiche. Mais, au final, aucun élément n'a démontré qu'il avait une quelconque implication dans les faits, selon une source proche de l'enquête.

La police interroge toujours le cousin d’un des terroristes, Abdel Malik Petitjean. Un homme central pour l’enquête à ce stade car il était peut être au courant des projets du terroriste. Il a été transféré vendredi soir dans les locaux de la police antiterroriste, à Levallois, où se poursuit sa garde à vue et devait être déféré  au parquet antiterroriste car son profil intéresse beaucoup les enquêteurs.

Âgé de 30 ans, il s’était présenté de lui-même à la police, en Meurthe et Moselle, affirmant avoir des choses à dire sur son cousin. Au fil des investigations, et de l’examen de son téléphone notamment, il apparaît que les deux hommes étaient en effet proches, et se seraient vus récemment.

Selon le père d’Abdel Malik Petitjean, interrogé par Sud-ouest, son fils l’a appelé, début juillet, lui disant justement qu’il séjournait chez son cousin de Nancy.

Ce qui intéresse les enquêteurs, c’est bien sûr de savoir si l’homme connaissait les projets d’attentat de son cousin. Afin notamment de comprendre comment Abdel Malik Petitjean et Adel Kermiche se sont coordonnés. Il semblerait que les deux terroristes, qui vivaient à 700 km de distance, soient entrés très récemment en contact, via des messages cryptés sur internet.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.