L'arrestation de Salah Abdeslam le 19 mars
L'arrestation de Salah Abdeslam le 19 mars © Reuters

La justice belge a validé jeudi la procédure d'extradition simplifiée, en prenant acte du fait que le principal intéressé ne s'y opposait plus. La justice française va donc pouvoir interroger le seul terroriste du 13 novembre encore vivant, arrêté le 18 mars à Bruxelles.

Impossible de dire quand précisément Salah Abdeslam sera transféré en France mais normalement ce n'est plus qu'une question de jours, dix tout au plus.

À son arrivée, l'ancien délinquant de Molenbeek sera conduit directement dans le bureau des juges d'instruction pour se voir notifier sa mise en examen. Ses avocats belges assurent qu'il veut collaborer avec la justice française, mais cela reste à voir. À Bruxelles, il s'est muré dans le silence après quelques déclarations plus ou moins fantaisistes. Il prétend notamment ne pas connaître Abaaoud, son ami de longue date et chef du commando terroriste de Paris.

L'enquête a établi qu'Abdeslam était lui-même au coeur de la logistique des attentats . Et s'il a déclaré qu'il avait renoncé à se faire exploser au Stade de France, on ne sait toujours pas pourquoi il a quand même rejoint ensuite la cellule terroriste.

À ce stade, la justice belge ne l'a pas inculpé pour les attentats de Bruxelles, mais son transfèrement n'empêchera pas les enquêteurs belges de venir l'interroger s'ils le souhaitent.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.