Salah Abdeslam a été remis par la Belgique à la France le 27 avril 2016.
Salah Abdeslam a été remis par la Belgique à la France le 27 avril 2016. © Reuters / Christian Hartmann

Le dernier membre vivant du commando terroriste du 13 novembre est arrivé ce vendredi matin au Palais de Justice de Paris, où il y a été interrogé pour la première fois, mais ne s'est pas exprimé, selon son avocat Franck Berton.

Six mois après les attentats de Paris, Salah Abdeslam peut-il dissiper des zones d'ombre ? Le seul membre encore en vie des commandos jihadistes du 13 novembre a été entendu ce vendredi par les juges d'instruction à Paris. Un premier interrogatoire qui était très attendu pour la suite de l'enquête, mais qui n'a pour l'instant pas permis d'en savoir plus. Son audition s'est terminée en fin de matinée, mais le suspect "n'a pas souhaité s'exprimer aujourd'hui", explique son avocat. "Il le fera plus tard".

►►► RELIRE "Salah Abdeslam ou le droit à l'aide juridictionnelle"

Le petit caïd radicalisé devenu le fugitif le plus recherché d'Europe jusqu'à son arrestation le 18 mars à Bruxelles a été extrait au petit matin de sa cellule de Fleury-Mérogis, au sud de Paris, où il est incarcéré à l'isolement. Son convoi, escorté par le GIGN, l'unité d'élite de la gendarmerie, et suivi notamment par un hélicoptère, est arrivé au palais de justice, au coeur de la capitale, peu avant 07H15.

Le parcours de Salah Abdeslam depuis les attentats de Paris
Le parcours de Salah Abdeslam depuis les attentats de Paris © Radio France / Visactu

Il doit être entendu toute la journée par les magistrats antiterroristes qui l'avaient mis en examen, notamment pour assassinats terroristes, le 27 avril, lors de sa remise par la Belgique à la France.

Le seul survivant du commando terroriste du 13 novembre parlera-t-il ? Jusqu'ici, peu d'éléments sont ressortis de ses auditions.

►►► ECOUTEZ - Abdeslam parlera-t-il ? Le reportage de Charlotte Piret

Des complices présumés pourraient également être remis aux autorités françaises dans les prochaines semaines.

D'autres auditions à venir

Quatre hommes qui ont aidé Salah Abdeslam dans sa fuite devraient ainsi rejoindre la France. Ses deux copains de Molenbeek, toute d'abord, venus le chercher au sud de Paris quelques heures à peine après les attentats. Mais aussi une troisième personne retrouvée à Bruxelles le samedi matin, ainsi qu'un quatrième, qui aidé dans la préparation des attentats en louant des planques en Belgique notamment.

Tous devaient se voir notifier ce transfèrement vers la France la semaine dernière. Reste ensuite à lever leurs titres de détention en Belgique, avant de pouvoir organiser leur transport sous haute sécurité.

Le cas Abrini, plus délicat

Quant à Mohamed Abrini, la question est plus délicate. Impliqué à la fois dans les attentats du 13 novembre lorsqu'il réserve les planques à Paris ou prend part au convoi qui quitte Bruxelles la veille des attentats., il est aussi lié aux attaques du 22 mars à Bruxelles. Il avait été identifié comme "l'homme au chapeau" de l'aéroport de Zaventem. Les enquêteurs belges devraient donc décider de le garder non loin d'eux pour quelques temps encore.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.