Salah Abdeslam est toujours en fuite
Salah Abdeslam est toujours en fuite © MaxPPP

Salah Abdeslam, suspect principal des attentats du 13 novembre à Paris et à Saint-Denis, a été inculpé ce samedi par la justice belge de "meurtres terroristes". Au cours de la journée, il a reconnu sa présence à Paris le jour des attaques.

Le dixième homme, considéré comme le dernier survivant du commando responsable des attentats de Paris et Saint-Denis, a été arrêté vendredi au cours d'une vaste opération de police à Molenbeek. Au cours de cette opération, le terroriste présumé a été blessé à la jambe. Il a donc effectué un court séjour à l'hopital avant d''être transféré samedi en début de matinée au siège de la police fédérale belge pour y être entendu par la police. Le juge d'instruction a inculpé Salah Abdeslam pour "participation à des meurtres terroristes et participation aux activités d'un groupe

terroriste".

D'après le procureur de la République de Paris, François Molins, Abdeslam a confié aux enquêteurs qu'il devait se faire sauter autour du stade de France mais qu'il a renoncé. Le procureur a émis des réserves quant à la véracité des déclarations de ce suspect.

Ce samedi soir, l'homme a été incarcéré à Bruges dans le nord de la Belgique. S'il collabore avec la justice belge, il refuse d'être extradé vers la France.

Avis de recherche lancé début décembre

L'homme arrêté avec lui Amine Choukri, a été inculpé des mêmes chefs d'accusation et un troisième homme, Abid A., a été inculpé de "participation aux activités d'un groupe terroriste et recel decriminels" . Djemila M., quatrième personne placée en garde à vue, a quant à elle été inculpée de recel de criminels "mais pas privée de liberté".

Les quatre personnes arrêtées, outre Salah Abdeslam sont trois membres de la famille qui a hébergé le terroriste recherché etun autre homme, lui aussi lié aux attentats de Paris et identifié sous le nom de Mohamed Belkaïd. Il avait probablement eu un rôle dans les attentats de Paris sous la fausse identité de Samir Bouzid . Selon la presse belge, un avis de recherche avait été lancé début décembre contre cet individu et un complice, tous deux soupçonnés d'avoir supervisé les attentats du 13 novembre en envoyant ce soir-là, de Belgique, des SMS aux assaillants.

Le ministre français de la justice, Jean-Jacques Urvoas, a expliqué dans un communiqué que la décision de remettre à la France Salah Abdeslam, interviendra "dans un délai de 60 jours à compter de son arrestation", ou de 90 jours en cas de recours.

De son côté,Interpol a appelé samedi après-midi ses 190 Etats membres à" renforcer leur vigilance à leurs frontières pour prévenir lafuite d'éventuels complices de Salah Abdeslam".

Vendredi, François Hollande s'est dit certain que la justice belge répondra très rapidement à la demande de remise à la justice française qui lui a été adressée adressée.

Comment Abdeslam a été retrouvé

Des perquisitions avaient été lancées dans le but de retrouver les deux fugitifs de l’opération menée mardi à Forest, dans l'agglomération bruxelloise où une équipe de six enquêteurs franco-belges qui menait une perquisition de routine, avait été accueillie par des tirs à l'arme automatique. L'un des trois hommes à l'intérieur de l'appartement avait été tué mais deux autres avaient pris la fuite. Les empreintes de Salah Abdeslam avaient été ensuite retrouvées dans l’appartement perquisitionné. Selon France 2, c'est un homme qui aurait révélé l'adresse de la planque de Salah Abdeslam à la police. Selon la télévision publique belge RTBF, les deux hommes ayant fuit l'appartement de Forest ont pu être repérés grâce à une écoute téléphonique d'un proche de Salah Abdeslam.

Abdeslam était donc à Bruxelles

Salah Abdeslam, 26 ans, était donc bien réfugié à Bruxelles, au 79, rue des Quatre Vents à Molenbeek, au domicile de la mère d'un ami de Salah Abdeslam. La trace de Salah Abdeslams'était perdue le 14 novembre dans la commune bruxelloise de Schaerbeek, où deux proches qui étaient allés le récupérer en voiture en pleine nuit à Paris l'avaient déposé.

Logisticien présumé des attentats de Paris et Saint-Denis, Abdeslam avait loué à son nom une voiture immatriculée en Belgique ainsi que deux chambres d'un appart-hôtel à Alfortville en banlieue parisienne. Après avoir sans doute déposé les kamikazes du stade de France, il avait abandonné sa voiture près de la porte de Clignancourt. Salah Abdeslam appelle alors des parents éloignés qui habiterait près de Barbès, mais aucun ne répond. Il se rend à Châtillon, mais ce sont finalement deux amis Belges, aujourd'hui inculpés et incarcérés, qui viennent le récupérer. Ils vont se faire contrôler trois fois, Salah Abdeslam n'est pas encore recherché. Lors du premier contrôle à Cambrai un policier leur aurait dit que ce n'était pas bien de fumer des joints mais que ce n'était pas la priorité aujourd'hui.

A Bruxelles, Abdeslam se fait conduire dans une planque à Schaerbeek. Ensuite il semblait s'être volatilisé. L'appel à témoin a obligé les enquêteurs à faire le tri parmi des dizaines de fausses pistes. L'homme le plus recherché d’Europe avait été aperçu un peu partout. D’après un media belge il aurait passé près d'un mois dans un appartement de Schaerbeek, découvert ensuite, et où on a découvert des explosifs

Mardi, c'est la surprise. Les enquêteurs qui vont perquisitionner un appartement à Forest ne pensent pas du tout tomber sur lui, mais ce sont bien ses empreintes digitales qui sont retrouvées.

Un logisticien de l'attaque de Paris également retrouvé à Forest

Mohamed Belkaïd, le mort de Forest, est certainement l'un des complices de Salah Abdeslam. "Il utilisait le faux nom de Samir Bouzid. C'est l'un des logisticiens des attentats de Paris".

Les enquêteurs recherchent toujours Mohamed Abrini, qui, au minimum, a servi de chauffeur à Salah Abdeslam.

Salah Abdeslam, son parcours, infographie
Salah Abdeslam, son parcours, infographie © idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.