Le Canard enchaîné révèle que l'usine Lactalis, en Mayenne, contaminée par des salmonelles, avait subi des contrôles sanitaires de l'Etat au mois de septembre. Les contrôleurs ont rapporté n'avoir rien trouvé. L'enquête a pourtant démontré la présence des bactéries dès le mois de février.

L'usine Lactalis de Célia Craon a suspendu sa production de lait infantile depuis le mois de décembre
L'usine Lactalis de Célia Craon a suspendu sa production de lait infantile depuis le mois de décembre © AFP / Damien Meyer

Des révélations troublantes du Canard enchaîné interrogent sur l'efficacité des services de contrôle sanitaire.

Le journal dévoile que l'usine de Célia Craon, en Mayenne, avait fait l'objet d'un contrôle en septembre dernier, par les agents de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations ( DDCSPP). Des inspecteurs qui n'ont rapporté aucune trace de ces fameuses salmonelles. L'enquête démontre aujourd'hui qu'elles étaient pourtant présentes dans l'usine depuis le mois de février.

Lactalis savait que son usine était contaminée

Des contrôles en interne de Lactalis Nutrition Santé avaient même repéré des salmonelles sur le matériel de nettoyage et sur les carrelages au mois d’août, puis de nouveau en novembre. Des résultats que Lactalis n’a pas obligation de communiquer, et que le groupe s’est bien gardé de transmettre aux services de l’Etat.

Ce n’est qu’en décembre, lorsque le ministère tire la sonnette d’alarme, après la découverte de nombreux cas de salmonellose chez des nourrissons, que la répression des fraudes se rend dans l’usine de Mayenne. 

Ils découvrent alors ces rapports internes et constatent la présence des bactéries sur l’une des deux colonnes de séchage, où le lait liquide est transformé en poudre. Une découverte qui conduit au retrait des produits transformés depuis février.

Le préfet de Mayenne, Frédéric Veaux a réagit ce mercredi sur France Inter : "Le contrôle du mois de septembre ne visait pas la production de lait infantile. Il n'y a pas eu de prélèvement aboutissant à la détection de Salmonelle".

Lactalis subit en ce moment une enquête préliminaire pour mise en danger de la vie d’autrui, tromperie aggravée par le danger pour la santé humaine, et inexécution d’une procédure de retrait ou de rappel d’un produit. 

Après un père de famille, c'est l'association de consommateurs UFC-Que Choisir qui a annoncé vouloir porter plainte contre le groupe Lactalis, à la suite de la contamination de laits infantiles à la salmonelle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.