Hommage à Aurélie Chatelain à Villejuif en avril  2015
Hommage à Aurélie Chatelain à Villejuif en avril 2015 © MaxPPP/Le Parisien/Olivier Arandel /

C'est une information France Inter. Dans l’affaire de l’attentat déjoué de Villejuif contre une église, Sid Ahmed Glam accuse désormais un des kamikazes du Bataclan.

L’étudiant algérien désigne Samy Amimour comme étant l’auteur du meurtre d’Aurélie Chatelain il y a dix mois. La jeune femme, venue suivre un stage de Pilates, avait été découverte morte, tuée par balle, dans sa voiture dans le Val Marne le dimanche 19 avril au matin.

Lors d’une audition devant les juges, en décembre dernier, Sid Ahmed Glam assure avoir reconnu l’un des terroristes du 13 novembre, celui qu’il appelait auparavant Abou Hamza. « C’est par rapport à sa photo qui a été montrée à la télévision, c’est bien lui qui était là le 19 avril » explique-t-il.

C’est lui qu’il aurait retrouvé à Villejuif, qui serait allé voler une voiture et aurait tué accidentellement la jeune femme. Sid Ahmed Glam explique n’avoir jamais vu avant Samy Amimour alias Abou Hamza .

Les deux hommes, dit-il, se sont appelés la veille pour se donner rendez-vous. Le matin du 19 avril 2015 ils se retrouvent à Villejuif sur un parking isolé. Abou Hamza se serait alors absenté pour aller voler une voiture, déclare Sid Ahmed Glam. Il serait ensuite revenu sur le parking avec la voiture d’Aurélie Chatelain. Abou Hamza aurait tiré accidentellement sur la jeune femme. Puis il serait reparti immédiatement, laissant seul l’étudiant algérien.

Paniqué Sid Ahmed Glam explique s’être volontairement tiré dessus . Il aurait ensuite conduit la voiture de la jeune femme 200 mètres plus loin, puis serait retourné chercher son véhicule pour rentrer à Paris.

C’est en tout cas dans le 13e, devant sa résidence universitaire, que les secours et la police vont découvrir Sid Ahmed Glam blessé par balle à la jambe. Dans sa voiture et à son domicile les enquêteurs découvrent un véritable arsenal de guerre.

Sid Ahmed Glam affirme en revanche à la justice qu’Abdelhamid Abaaoud n’a jamais été le commanditaire de ces attaques contre des églises en banlieue parisienne.

Une nouvelle version qui laisse perplexes les magistrats . Aucun autre ADN que celui de l’étudiant algérien n’a été trouvé sur l’arme qui a tué Aurélie Chatelain. Une reconstitution du meurtre de la jeune femme doit avoir lieu avant la fin mars.

Mots-clés:

Derniers articles

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.