Nicolas Sarkozy à Metz
Nicolas Sarkozy à Metz © MaxPPP/L'Est Républicain/Alexandre Marchi

L'ancien président a été placé sous le statut de témoin assisté. Il a été entendu dans l'enquête sur la prise en charge par l'UMP des pénalités pour dépassement de frais de sa campagne électorale.

Le parquet de Paris a ouvert le 6 octobre dernier une information judiciaire pour abus de confiance, complicité et recel de ces délits. Jean-François Copé et Catherine Vautrin, l'ex-président et l'ancienne trésorière de l'UMP, ont été mis en examen pour abus de confiance dans le cadre de cette enquête.

L'avocat Philippe Blanchetier et Fabienne Liadzé, ex-directrice des affaires financières de l'UMP, ont de leur côté été placés sous le statut de témoin assisté. En juillet 2013, après invalidation de ses comptes de campagne, le Conseil constitutionnel avait estimé que Nicolas Sarkozy devait restituer au Trésor public une avance forfaitaire de 150 000 euros versée pour sa campagne présidentielle perdue de 2012 et payer 363.615 euros de dépassement du plafond légal des dépenses.

L'UMP, pourtant exsangue, avait pris en charge ces pénalités via une souscription baptisée "Sarkothon", une opération dont la régularité était notamment contestée par François Fillon. L'ancien chef de l'Etat, qui a retrouvé la présidence de l'UMP, les a remboursées fin 2014 à l'UMP en adressant au trésorier du parti un chèque de 363.615 euros.

La carrière de N Sarkozy
La carrière de N Sarkozy © Radio France / idé
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.